Vous avez dit « Castors »…!

P1260652 (Copier)Lundi 1er juillet, 20 h, rendez-vous parking BABOU pour une découverte atypique. Direction quai Bellevue où les 32 personnes présentes s’arrêtent, observent et attendent de voir les castors chalonnais sur les îles de la Benne-la-Faux depuis les berges de la Saône. Une découverte gratuite (sous inscription) mise en place par Alexandra Noël, animatrice au service environnement du Grand Chalon en lien avec l’AOMSL* (Association Ornithologique et Mammalogique de Saône et Loire) représenté par Alexis, chargée d’étude.

2e découverte des castors, suite au succès de la 1ère en 2012

Le service environnement a mis en place une exposition « Herbes sauvages des champs » à l’espace patrimoine, 24, quai des messageries (jusqu’au 31 août).

En parallèle, le service a voulu créer des animations ponctuelles sous la forme d’ateliers, de découvertes, de sorties. Celle des castors en fait partie. Une activité « Carnet d’herboriste » quai de l’Hôpital, est organisée le 11 juillet pour les 6 à 10 ans. Des sorties seront organisées en août : une sortie mycologique organisée par la SSMSN (Société des Sciences Naturelles et Société Mycologiques Saône et Loire), les 28 et 31 août et une sortie dans les prairies humides de la Thalie, organisée par le service environnement, le 11 août.

Dans la peau d’un explorateur

P1260666 (Copier)Va-t-on les voir ? Telle est la question que se posent petits et grands. 2 heures de découverte libre, assis en bord de Saône, jumelles à la main avec pour seules consignes : ne pas faire de bruit, ne pas faire de gestes brusques, se regrouper, attendre et observer. Le but de cette découverte est bien sûr d’arriver à voir la famille de castors, mais aussi de faire parler de l’association en expliquant son rôle et ce qu’elle met en place pour préserver l’espace naturel.

Difficile de les voir en hiver, car ils restent dans leurs terriers, les castors sortent dès les beaux jours et en cas de grosse chaleur il est possible de les voir en début de soirée quand il fait moins chaud.

Le castor chalonnais

Le castor (d’une hauteur allant jusqu’à 1,20 m et un poids de 20 à 30 kg) a été longtemps chassé et exterminé pour sa fourrure puis réintroduit dans le Rhône entre les années soixante et 85… ce pour quoi on en trouve dans la Saône et dans la Loire principalement. L’AOMSL part à sa recherche sur les îles pendant l’hiver (plus visible, sans feuillage) et suivent les indices : présence de terriers ou de castoréum (huile que le castor dépose utilisé jusqu’aux années 50 dans les cosmétiques). Un couple a été découvert il y a 2 ans (découverte d’un ingénieur écologue). On estime le nombre total entre 4 et 8 castors. Leur particularité : ils ont la queue coupée (suite à une bagarre avec des adversaires).

P1260651 (Copier)« C’est un des animaux les plus intelligents au monde. Il sait anticiper et résoudre les problèmes ! Je pense qu’on sous-estime le nombre de castors en Saône et Loire, on a trouvé des traces en bord de Seille dans les années 2000 », déclare Alexis.

 2 h se sont écoulées…

… et pas 1 castor en vue ! Tout le monde est un peu déçu de ne pas avoir vu les castors, mais est heureux de connaître le lieu. Les personnes présentent reviendront par elles-mêmes.

« Je suis venue avec une amie vétérinaire, je trouvais ça rigolo. Je suis assez patient, je vais à la pêche donc ça ne me dérange pas d’attendre… il fait doux, je profite. J’habite sur les quais de Saône, c’est une manière de les découvrir autrement. Je suis intéressée habituellement par les oiseaux sur les quais. Je n’imaginais pas qu’il y aurait autant de monde ce soir », déclare Sophie.

Milan et  Célian
Milan et Célian
Sophie ( à droite) et son amie
Sophie ( à droite) et son amie

Milann, 6 et demi affirme : « Moi, je crois en avoir vu un, il y a eu un grand plouf dans l’eau ! » et son ami Celian, 7 ans et demi renchérit : « Je suis déçu, mais c’est déjà bien de voir le site ! »

Alexis, chargée d’étude à l’AOMSL, quant à lui, cherche une explication « Ca se passe toujours comme ça avec les castors, on suit leurs comportements, leurs habitudes et ils changent régulièrement, car ils s’adaptent au milieu qui les entoure. En ce moment, l’eau a baissé, ils ont certainement changé d’endroit… Il faut toujours recommencer à les chercher ! »

À défaut d’avoir aperçu les castors, les explorateurs repartiront avec pour souvenir un kit biodiversité, donné par le service environnement du Grand Chalon ainsi que de nombreuses piqûres de moustiques !

 Les bonnes adresses

* AOMSL : Association Ornithologique et Mammalogique de Saône et Loire (plus de 120 membres) Leurs activités : Inventaires naturalistes tout au long de l’année, consignés dans une base de données informatique ; suivis et comptages des oiseaux migrateurs et hivernants ; animations en milieu scolaire, pour faire découvrir la nature aux plus jeunes, etc.

Pour plus d’information : http://aomsl.dyndns.org/aomsl/spip.php?rubrique1

Pour plus d’informations sur les missions du service environnement du Grand Chalon et de la ville de Chalon : http://www.legrandchalon.fr/

http://www.chalon.fr/site/Agenda_21-460.html

Pour plus d’informations sur les animations proposées pendant l’été par le service environnement du Grand Chalon : http://www.chalon.fr/site/Exposition_animations_decouverte_Herbes_sauvages_des_champs-2785.html