Van An Phai, le clan de la paix

L’art martial est au Vietnam un domaine d’excellence que la province de Hué a souhaité mettre en avant en organisant plusieurs démonstrations de Vietvodao. Truong Quang Kim, maître de la prestigieuse école Van An Phai, s’est volontiers prêté au jeu. Ses élèves ont ainsi participé à plusieurs animations en marge du festival.

Dans le parc Ntruyen, les élèves exécutent devant le public les « quyên », des enchaînements codifiés de combat, équivalents des « kata » au Japon. Le Vo ou vietvodao est un art martial très complet, forgé au fil des siècles et qui mêle les techniques de Vo à mains nues et le maniement des armes : bâton, sabre, épée, fléau, lance… Maître Kim commente l’exercice : «Nos ancêtres ont étudié l’art vietnamien parallèlement à l’art chinois. C’est pourquoi notre art  possède à la fois la rigidité et la souplesse.»

L’ambiance de fête qui entoure le festival ne change rien au sérieux de l’entraînement quotidien de Maître Kim : «Je me lève à quatre heures du matin. Je pratique les techniques de respiration jusqu’à six heures. De six à neuf heures je pratique les armes ou je casse des pierres et ensuite jusqu’à onze heures j’apprends les gestes de l’art martial.»

Truong Quang Kim a été initié par son père à l’âge de 7 ans. À 16 ans il donnait des cours et après le décès de son père, il a pris la direction de l’école qui comprend 1600 élèves à Hué et 4000 élèves dans tout le Vietnam. Les ateliers sont dirigés par d’anciens élèves de son père. Il existe 20 maîtres à Hué et environ 40 au Vietnam maîtrisant l’art Van An Phai.

À l’entraînement du soir, l’élève le plus jeune a 8 ans. Il y a aussi un moine bouddhiste de 28 ans qui manie aussi bien le nunchaku que l’éventail. Il a rencontré Maître Truong Thang il y a 11 ans. À l’époque, sa santé était très faible, il était souvent malade et son régime végétarien n’arrangeant rien, il s’était mis à la recherche d’un maître de sport. «Après 6 ans de pratique avec Maître Kim je suis passé de 43 à 53 kilos.» Et à le voir bondir dans tous les sens, on ne doute pas qu’il est en parfaite santé. Il explique cette réussite par la pratique régulière de différentes formes de travail respiratoire de l’école Vanh An Phai. Cette discipline, appelée le Khí Công, est destinée à améliorer l’état général du corps mais aussi  à augmenter l’efficacité dans le cadre du combat, en améliorant les capacités respiratoires et en renforçant sa puissance et sa résistance aux coups. Par exemple, certains exercices consolident la zone de la gorge et permettent de résister aux étranglements. «C’est vraiment un trait traditionnel de notre art et de notre famille. Avec cette pratique on peut avoir une plus grande lucidité, longévité et résistance. Mais aujourd’hui, ce n’est plus un secret de famille. Je veux l’apprendre à tout le monde, à tous ceux qui s’intéressent à l’art martial», s’enthousiasme Maître Kim.

Dans toutes les compétitions d’arts martiaux au Vietnam, l’art Van An Phai se situe toujours au premier ou au deuxième rang. Mais Maître Kim regrette de ne pas pouvoir participer aux compétitions internationales : «Depuis la libération du pays, nous n’avons pas encore la permission de créer une association d’arts martiaux et donc on ne peut pas envoyer de troupes à l’extérieur.» Pourtant, l’enseignement de Maître Kim a déjà traversé les frontières. Deux colosses australiens ont fait le déplacement pour s’entraîner auprès du maître pendant toute la durée du festival. Des Français vont aussi régulièrement se former à Hué. L’un d’eux, Frédéric Le Tan, a été officiellement désigné en 1998 par Maître Kim pour représenter le style Van An Phai en France. Frédéric Le Tan a formé à son tour ses propres élèves qui se rendent aussi au Vietnam afin d’acquérir de nouvelles connaissances martiales directement auprès de Maître Kim. C’est son vœu le plus chère : faire connaître son art pour qu’il soit pratiqué dans le plus grand nombre de pays possibles.

 

Une histoire prestigieuse et ancestrale

L‘école Van An Phai a été créée par le Maître Truong Thang, né en 1926 dans un village de la province Thua Thiên (centre du Viêt Nam), près de la ville de Hué, ancienne capitale impériale sous la dynastie des Nguyên (1802-1945). Maître Truong Thang avait entre autres été l’élève du Grand Maître Nguyên Thanh Van, qui enseignait le Vo à la cour impériale.

Réservé avant à cette cour, le Vo est aujourd’hui accessible à tous. Le Maître Truong Thang a commencé à donner des cours de Vo aux familles de son hameau en 1945. «Après la démission de Bao Dai, le régime féodal a pris fin. Notre famille a quitté la cour royale pour donner des cours dans la population. Nous avons ensuite formé des soldats pour lutter contre nos ennemis», raconte Maître Kim.

En 1972, sera créée officiellement l’école Van An Phai, nom que l’on peut se traduire par « Clan de la Paix Profonde ».

École Van An Phai en France :
http://vananphai.free.fr/