Charlie-DXO_1920-29

Une Boucle solidaire pour Charlie 

Dans le calme et dans un silence respectueux et impressionnant se déroule, ce samedi 10 janvier, la marche républicaine du grand Chalon (71) « Je suis Charlie ». Plus de 11 000 citoyens se rassemblent pour répondre à la tragédie du mercredi 7 janvier qui a frappé cruellement le magazine satirique « Charlie Hebdo ». À l’initiative du bureau chalonnais de la ligue des Droits de l’Homme et d’un ensemble important de signataires* de tout bord, une véritable, une boucle humaine se forme dans le centre de Chalon-sur-Saône.
Symbole d’unité, de solidarité, pour la liberté de la presse et contre la barbarie.

Voir toutes les photos  » 11000 Charlie brandissent leurs crayons à Chalon  »

Une mobilisation spontanée

WP_20150110_014

Mercredi après-midi, suite à l’annonce de ce carnage, c’est spontanément à Chalon, comme partout, que les Français se sont rassemblés sur les places. C’est en partageant leurs émotions que les associations, organisations présentes conviennent d’organiser une marche républicaine ce samedi 10 janvier.
La ligue des Droits de l’Homme en tête, c’est alors une mobilisation sans précédent des syndicats, des partis, des associations et enfin des élus nationaux, régionaux, départementaux et locaux.
Et c’est tout aussi spontanément que 11 000 personnes, de tout âge, de toute croyance, de toute opinion, souvent non-lecteurs de l’hebdo satirique, répondent présentes.
On vit ici une « manifestation d’une ampleur historique, dans un esprit de communion rassurant », dit Jérôme Durain, sénateur, ce qui inspire « une profonde satisfaction » au député Christophe Sirugue.

Un rassemblement citoyen

WP_20150110_018C’est bien sûr et avant tout en hommage aux victimes de cet acte ignoble que la marche se déroule. Marche silencieuse à l’ambiance solennelle, respectée par tous. Mais c’est également en hommage et en soutien aux valeurs qu’incarne l’hebdomadaire, une liberté d’expression sans égale. Cette liberté est le premier pilier de la République. Ainsi aujourd’hui les partis politiques se sont effacés devant les citoyens dans une dynamique d’égalité et de fraternité. « C’est un événement sans exclusivité dans un esprit unitaire », insiste Samuel Bon, représentant du bureau chalonnais de la ligue des Droits de l’Homme. Aucun signe distinctif et tous unis sous les mêmes mots « Je suis Charlie ». Cette unité est signalée par tous.
« Les habitants du grand Chalon n’ont pas peur de montrer leur attachement aux valeurs de la République », précise Sébastien Martin, le président du grand Chalon, valeurs qui n’ont sans doute jamais eu autant de sens.

Charlie-DXO_1920-17
Tout le monde s’accorde à dire que cette unité redonne espoir en ces temps troubles. « C’est bien et encourageant que les gens se réunissent », confie le président du grand Chalon. « Ce pays n’est pas foutu », s’exclame Thérèse de la ligue des Droits de l’Homme. « C’est la manifestation d’une volonté de lutter au-delà de la division », précise Gilles Platret, maire de Chalon. Entre tristesse et horreur, les marcheurs sont tous heureux de se retrouver et il ne tient qu’à eux de ne plus se perdre.

Envers et contre eux

WP_20150110_004Et si la colère et l’incompréhension règnent parfois, tous appellent à la prudence, ici pas d’amalgame. Et malgré une communauté musulmane sans doute trop peu représentée. « C’est dommage qu’il n’y ait pas plus de musulmans, ou qu’ils ne soient pas assez visibles aujourd’hui », déplore Adrien, lycéen. Pour beaucoup de participants, il est important de ne pas généraliser, pour ne pas stigmatiser cette partie des citoyens français. Ces terroristes ne sont pas des musulmans…que des illuminés.
Yassine, étudiant à l’école art et média Fructidor et musulman, tient, ainsi, à être présent à cette marche et livre son témoignage rempli d’émotion. « Je me sens associé à ces actes terroristes malgré moi. Alors que l’islam transmet des valeurs humaines d’amour de paix et de partage. J’ai besoin de marquer ma différence avec ces fanatiques. Je me sens sali… »
C’est un moment de solidarité dont il faut se souvenir, mais Christophe Sirugue se pose la question « et après ? ». Il poursuit « il faut surtout en faire quelque chose. Que ce genre d’événement ne reste pas que de l’émotion ».

WP_20150110_008

« C’est ensemble que nous devons protéger notre liberté d’exprimer nos divergences », conclut le responsable Ligue chalonnaise des Droits de l’Homme.

*Les signataires de l’appel au rassemblement :

Ligue des Droits de l’Homme Section de Chalon S/Saône, Planning Familial 71, Acte, Attac, Artisans du Monde, CCFD-Terre Solidaire, Capen, Ahmed BELGHAZI (Imam de la mosquée du centre-ville de Chalon), Chbani El Haimer (imam de la mosquée Essalam), CGT 71, CFDT 71, CFE-CGC 71, UNSA 71, SE-UNSA, UNSA-Education, FSU 71, SNUIPP-FSU 71, SNES-FSU 71, Union Syndicale Solidaires 71, Confédération Paysanne 71, Syndicat des Avocats de France, Parti socialiste 71, Jeunes socialistes 71, Parti Radical de Gauche 71, Parti de Gauche 71, EELV 71, Debout la France 71, Nouvelle Donne 71, PCF 71, Front Démocrate 71, UDI 71, Marie-Claude Jarrot (présidente de l’Association des Maires de France 71), Gilles Platret (Maire de Chalon, UMP).

Sont présents aussi :

Le préfet de Saône-et-Loire Fabien Sudry, le Président du Conseil Général de Saône-et-Loire Rémi Chaintron, les députés Philippe Baumel et Cécile Untermaier, le maire du Creusot André Billardon, la maire de Montceau Marie-Claude Jarrot et de nombreux maires et élus du Grand Chalon.