Un recoin de paradis en enfer

Depuis plus de dix ans, dans le chaos de sa ville natale, l’ONG Hébron-France propose une aide aux différentes générations et couches sociales de sa population.Deux membres de l'associationQu’est-ce qu’Hébron-France ?
Fondée en 1997 à l’initiative de Français résidant à Hébron, Hébron-France est une organisation indépendante et non gouvernementale. Ses objectifs : promouvoir le dialogue et les échanges interculturels ainsi que l’héritage de la région d’Hébron, fournir une aide sociale aux familles qui en ont besoin, proposer des activités aux enfants de la zone H2, sous contrôle israélien, et enfin, développer la langue française.

Qui sont les personnes ciblées par l’association ?
En plus des enfants de la zone H2, environ au nombre de 100, Hébron-France forme les étudiants voulant apprendre le français, s’occupe de certaines familles pauvres et prend en charge des personnes psychologiquement faibles ou rencontrant des problèmes sociaux.

Quels sont les moyens mis en œuvre ?
Pour l’apprentissage du français, des cours sont organisés en coopération avec le Centre Culturel de Jérusalem. De plus, des rencontres sont organisées avec des francophones. Au niveau culturel, des séjours de trois semaines réservés aux élèves sont organisés chaque été en France. À cela s’ajoutent des activités culturelles telles que des expositions, concerts, débats… Enfin, un bureau d’aide sociale, crée en 2002, travaille en coordination avec le réseau des organisations locales traitant des problèmes sociaux : une aide sociale et psychologique est apportée par le biais d’un suivi sur le long terme pour les cas les plus sérieux.

Comment la situation a-t-elle évolué depuis la création de l’association ?
De nombreux étudiants sont maintenant diplômés et parlent couramment français. Si bien que certains peuvent, de temps en temps, remplacer les guides d’Hébron qu’ils connaissent pour s’adresser ainsi à des touristes français. D’autres ont réussi à obtenir une bourse leur permettant de partie étudier en France.

 

Voir aussi l’article sur Hébron, ville martyre