L'oeuvre "Prismatica" au coeur de la Place des Arts.

Un quartier très animé !

Le quartier des Spectacles est le phare artistique de Montréal.

Histoire du quartier des spectacles

En 2003 s’est tenue une importante rencontre, à l’initiative de la municipalité. Le but: moderniser les lieux phares de la ville. A l’issue des discussions, cinq axes de développement ont été tracés, dont celui de “Montréal, capitale culturelle”.

Au coeur des attentions, le quartier des Spectacles, déjà bien connu des habitants pour ses animations artistiques. La municipalité cherche à lui donner une seconde vie, tout en assurant la pérennité des lieux.

Entre rénovation, construction, et réaménagement, la modernisation du quartier des spectacles s’inscrit dans une volonté de mise en valeur culturelle des édifices.  Première cible des travaux: le Musée d’Art Contemporain (MAC), qui existe depuis 1964.

Les Montréalais sont très fiers du nouveau MAC. « Il nous fallait un bâtiment à la hauteur de nos talents » raconte Catherine Messier, qui propose des visites guidées du quartier.

Autre projet-phare: la Maison symphonique de Montréal. Inaugurée en 2011, cet édifice bâti au-dessus du métro est une prouesse architecturale. Le travail a été long et minutieux pour permettre d’isoler la structure des bruits du métro, tout en conservant une excellente qualité acoustique.

La Place des Arts et son esplanade sont alors devenues, au fil des ans, des lieux incontournables. Elles accueillent chaque année plus d’un million de visiteurs et environ 1000 spectacles.

A gauche, la maison symphonique de Montréal
A gauche, la maison symphonique de Montréal

De même, au centre du quartier des spectacles, sur la place des Arts se trouvent le MAC (Musée d’Art Contemporain) de Montréal, premier haut lieu de l’Art contemporain au cœur de la ville, dont les montréalais sont très fiers.

« Il nous fallait un bâtiment à la hauteur de nos talents » raconte Catherine Messier, qui propose des visites guidées du quartier.

 

L’Art s’immisce dans la ville

Des oeuvres artistiques viennent aussi habiter des lieux de passage.

Il y a la volonté d’inscrire ces œuvres d’art dans l’architecture de la ville, comme ça a été le cas avec les travaux de Claude Bettinger,sculpteur et verrier français. « L’artiste est celui qui fait voir l’autre côté des choses » est un savant jeu de lumières où se mélangent miroirs et mots, mettant en scène l’artiste lui-même (le personnage à droite qui pointe du doigt le haut du tunnel), entre intérieur et extérieur, sur l’esplanade de la Place des Arts.

P1290276
L’oeuvre de Claude Bettinger vu de l’intérieur, en direction de l’extérieur.

 

Au-dessus du MAC culmine l’image d’une bouche démesurée, « la voie lactée », une œuvre de Geneviève Cadieux, photographe québécoise. Celle-ci est aussi visible dans la station de métro Saint Lazare à Paris, installée à la suite d’un concours organisé dans le cadre de la coopération entre la RATP (Régie Autonome des Transports Parisiens) et la STM, son homologue de Montréal, symbole de l’amitié franco-québécoise.

Sous la place des Arts, le tunnel, reliant le métro Saint Laurent à la ville intérieure, autrefois peu emprunté, est aujourd’hui un lieu de passage incontestable pour tous les visiteurs du quartier. Il abrite 35 écrans installés sous forme de mosaïque, qui diffusent en continu animations et vidéos crées par des artistes visuels.

P1290278

« Il s’agit d’animer et favoriser le passage. On nous a même demandé d’y installer des bancs tant les passants trouvaient cet espace agréable. » nous raconte Catherine.

 

Des évènements ponctuels pour animer le quartier

Pour couronner le tout, des expositions temporaires animent aussi le voisinage.

En décembre, le quartier des Spectacles accueille “Luminothérapie”. Le corps humain a besoin de lumière pour se réguler (sommeil, appétit, moral, énergie…) En période hivernale, la luminothérapie est utilisée pour combler le manque de lumière naturelle et ainsi améliorer le sommeil, le moral, l’énergie de chacun. L’évènement Luminothérapie, se déclinant sous forme d’installations et de projections lumineuses, s’inspire alors fortement de cette pratique, en cette période d’hiver québécois où les jours se raccourcissent et où la lumière se fait attendre.

L’oeuvre Prismatica, de Raw Design, s’est installée sur la place des festivals: 50 prismes géants, aux faces colorées et contenant chacun un carillon, forme un dédale de sons et lumière que les passants peuvent faire tourner, agiter, observer.. Un kaléidoscope géant qui insuffle de la féerie en cette période d’hiver.

L'oeuvre "Prismatica" au coeur de la Place des Arts.
L’oeuvre « Prismatica » au coeur de la Place des Arts.

Ailleurs dans la ville sont disséminées 8 projections lumineuses sur des façades du quartier, invitant tantôt à la contemplation, tantôt à l’interaction, sur le thème de la fête foraine du début du XXème siècle.

P1290285

L’occasion d’instaurer un air de fête et une ambiance chaleureuse malgré les températures négatives qui atteignent les -20 degrés en ce mois de janvier !

 

Galerie d’images :