Un navigateur pas timoré

A la tête de la passerelle, le navigateur timonier, adjoint direct du chef de quart.

Dans la cabine de pilotageLa passerelle : les « yeux » du navire. C’est ici que travaille l’équipe de quart chargée de la conduite du bateau. À sa tête, le navigateur timonier, adjoint direct du chef de quart, épaule ce dernier pour la navigation, les transmissions et l’organisation de la passerelle. Autrement dit, il est avant tout chargé de la conduite du bâtiment. « Nous déterminons la position du navire, que nous portons sur une carte » précise le second maître Jean Ducrot. Chef de navigation en mer, le navigateur timonier assure l’entretien du bateau et de son matériel interne lorsque celui-ci est à quai. « À cause de l’eau salée, la coque du bateau se rouille », explique Jean Ducrot.

Avec un navigateur timonierCet homme-orchestre de la passerelle a également pour mission de corriger les cartes marines et les ouvrages nautiques. Il en va de la sécurité du bâtiment. « Le fond de la mer change beaucoup. Il faut mettre à jour les nouvelles évolutions, comme la présence d’une nouvelle épave par exemple » confirme le timonier.

Une boussole de la MarineÀ l’affût du moindre changement, il effectue ce travail en correspondance avec des organismes internationaux. Responsable des transmissions radio-téléphoniques, des signaux lumineux et des pavillons flottants, il est le grand communicant du bateau, avant de devenir, dans certains cas, le futur commandant d’un petit bâtiment de surface.