Tout le monde Bouje !!!

P1290884 (Copier)Après Chalon et Dijon, c’est au Silex/conservatoire d’Auxerre que le forum « Bouje » a pris place pour la 3e année, ce jeudi 14 novembre ! Une journée consacrée aux 15-30 ans, lycéens, apprentis, demandeurs d’emploi, jeunes actifs, pour leur permettre d’échanger, de partager autour de différents thèmes, ateliers et festivités ! Une occasion pour les jeunes, de rencontrer professionnels, associations, décideurs politiques afin de les aider dans leur avenir ! Une longue et belle journée, entièrement gratuite,  de 9 h 30 à minuit,  se terminant en musique, en compagnie des artistes : Karimouche, Féfé et Peter Paon ! 1200 jeunes étaient au rendez-vous!

video-icone-7497-96_resized Reportage vidéo

 

De 9 h 30 à 20 h, différents ateliers, débats, conférences, jobs-dating, temps forts, jeux et animations étaient organisés. Un moment d’échange attendu par les jeunes, utile P1290874 (Copier)pour leur avenir. Ils ont pu se tester aux entretiens d’embauche, être conseillés pour leurs parcours professionnels, trouver des pistes pour leurs avenirs ou découvrir des associations dans lesquelles ils pourront s’engager…

Nisrine Zaïbi, vice-présidente du conseil régional, en charge de la Jeunesse, a mis en place le forum, elle affirme : « En 2010, quand j’ai été élue, mon président m’a demandé de faire des actions en direction des jeunes. Je voulais faire des actions AVEC les jeunes. J’ai organisé ce temps pour être avec les jeunes, recueillir leurs attentes et nous bousculer, nous politiques et mettre en avant la jeunesse Bourguignonne ! On a voulu apporter de l’information à la jeunesse. Pour cette 3e édition, on a organisé des happenings : des temps forts avec les jeunes et les acteurs qui vont les interpellés, c’est plus ludique. Il y a la forme et le contenu. Bouje est un festival itinérant. Dans l’Yonne, ce ne sont pas les mêmes problèmes que dans les autres départements, il faut adapter le contenu en fonction d’un territoire et de leurs habitants ».

Concernant la jeunesse actuelle, elle ajoute : « Je ne pense pas que la problématique actuelle soit liée aux jeunes. Ce ne sont pas eux, responsables des problèmes de la société. Je ne veux pas que les jeunes se laissent aller par un contexte comme celui-ci, par des fausses informations. Il faut qu’ils profitent de leurs jeunes âges pour vivre, se cultiver et être heureux ! Tout ce qu’on développe au conseil régional c’est des effets levier pour leur permettre d’accéder au droit commun. On développe le plan régional jeunesse avec des outils et des actions. On les aide dans leurs emplois, pour le financement de leur permis de conduire, pour trouver un logement ou des stages… ».

4 espaces pour s’informer : 63 stands !

P1290878 (Copier)
Rachelle Godon, conseillère Pôle Emploi à Auxerre

À l’espace emploi, rencontre avec Rachelle Gordon, conseillère Pôle Emploi à Auxerre, en train d’animer l’atelier e-réputation autour d’une dizaine de lycéens. Elle explique : « L’objectif de l’atelier est de permettre aux jeunes de se rendre compte de l’image qu’ils vont véhiculer sur internet. L’importance que ça a dans la recherche d’emploi, l’importance du contrôle de cette image. Des enquêtes ont été faites et les jeunes ne voient pas l’impact que ça peut avoir. C’est un élément principal dans la recherche d’emploi pour les employeurs. Il faut leur apprendre à utiliser ces outils ».

Quand on l’interroge sur les solutions face à conjoncture actuelle et l’emploi difficile pour les jeunes, elle répond : « Aujourd’ hui, l’objectif est de permettre aux gens d’être autonomes, de savoir anticiper pour qu’au moment où il y ait un emploi proposé, ils soient prêts ». De nouveaux contrats ont été créés pour les jeunes peu qualifiés comme les emplois d’avenir ou service civiques, etc. Ils ont pour but d’être un tremplin pour les jeunes. Pour les jeunes qualifiés qui ne trouvent pas d’emplois, un accompagnement spécifique existe chez Pôle Emploi nommé DIP (diplôme à l’emploi). Les conseillères aident alors les jeunes qualifiés à démarcher les entreprises, élargir leurs recherches…

7 lycées Bourguignons présents !

Du côté associatif, les bénévoles sont réunis pour passer leurs messages et tenter d’engager les jeunes. Claire Duchot, chargée de mission du département de l’ Yonne P1290896 (Copier)pour l’association FETE (Femmes Egalité Emploi) affirme : « FETE est une structure régionale qui existe depuis 20 ans et agit au quotidien contre les discriminations de la femme dans l’emploi. On veut permettre aux filles d’élargir leurs choix d’orientation et d’arrêter de se limiter dans les mêmes métiers ». Elle ajoute : «C’est super que le forum soit dans l’Yonne et s’adresse massivement auprès des jeunes, qu’on puisse les interpeller sur les sujets les concernant ! ».

Sur le même thème, une conférence a été donnée l’après-midi intitulée « L’orientation scolaire ou professionnelle face aux stéréotypes de genre ». Elle a séduit de nombreux jeunes notamment Chloé, Léa et Mégane en terminale au MFR (Masion Familliale Rurale) Champeaux. Chloé délivre son avis sur le forum : « Ça change des forums des métiers, car on voit d’autres choses, c’est moins banal ».

P1290917 (Copier)Marvin, en terminale au lycée agricole de Challuy, explique ses attentes : « Je suis venu pour découvrir les métiers, m’instruire pour ma vie plus tard. J’ai fait 2 ou 3 ateliers. J’ai bien aimé celui qui expliquait comment écrire un CV. Cela permet de me perfectionner pour le futur ».

Antonin Cois, ligue de l’enseignement, secrétaire régional et chargé du département de l’ Yonne et des thématiques jeunesse, lutte contre les discriminations et cinéma, accompagné d’ Anna Meyranne, chargée de développement chez les Francas, animent 3 ateliers dans la journée. Rencontre avec eux sur un débat lié à la liberté de la presse et la censure. Antonin explique : « On invite les jeunes à réfléchir sur des thématiques de la citoyenneté qui les concernent. 3 débats mouvants ont lieu aujourd’hui sur 3 thématiques de la société ». Anna ajoute : « L’idée des débats mouvants est de permettre aux jeunes de s’exprimer, de se positionner et de faire évoluer leurs avis. On ne donne pas souvent aux jeunes les moyens de le faire. On a choisi des questions-chocs qui amènent à positionnement pour nourrir la confrontation entre eux ».

Antonin ajoute son ressenti sur la journée : « Ce type de journée a vraiment de l’importance. On voit des espaces typiques en cette période de crise en rapport avec l’emploi. On ne se limite pas qu’à ça. On trouve des lieux pour s’engager, pour se positionner dans leurs vies et pas seulement dans un métier ».

Les lycéens prennent en main leurs futurs et repartent avec des conseils utiles, des outils et techniques !

Gwennael Fourreaut, conseiller d’orientation psychologue au CIO (Centre d’Information et d’Orientation) d’Auxerre affirme : « Nous sommes là pour communiquer sur nos missions et parler des projets des élèves notamment sur l’orientation post-bac. Le problème des jeunes est qu’ils ne savent pas ou ils croient savoir. C’est-à-dire, qu’il y a beaucoup de jeunes qui se connaissent en tant qu’élèves, mais pas en tant qu’individu. Il y a souvent une inadéquation entre leurs résultats scolaires et leurs projets. On les rassure, car certains se mettent la pression. On les aide sur la démarche à mettre en œuvre pour se connaître. Je pense que les jeunes sont plus inquiets aujourd’hui avec la crise et le fait de ne pas trouver d’emploi en ayant un diplôme. Cette inquiétude se traduit par une peur palpable ou une façon de se protéger en déniant le faite que l’école soit importante ».

Des jobs-dating ont été organisés toute l’après-midi. 30 entreprises présentes et des offres d’emplois à pourvoir ! Les recruteurs d’entreprises ont joué le jeu et ont pris le

Job-dating
Job-dating

rôle au sérieux. Le but était de mettre les élèves en condition d’entretien et de leur apporter des conseils. Aurélie Vallot, chargée de recrutement chez Armatis explique : « C’est important d’être en contact avec les jeunes pour leur expliquer nos attentes en tant que professionnels. Le but est d’avoir un échange rapide, de savoir s’ils ont une vision réelle de nos métiers et de connaître leurs attentes. Ce qu’on attend en entretien c’est que les jeunes montrent leurs motivations pour que l’on sache si on peut compter sur eux en les intégrant dans notre société. Les compétences s’acquièrent, ce que l’on recherche, ce sont des aptitudes que l’on développera après. Quelqu’un de motivé aura forcément des qualités pour apprendre ! ».

La  grande nouveauté : le Concours régional des Jeunes Talents !

Annicha, candidate Concours des Jeunes Talents
Annicha, candidate Concours des Jeunes Talents

Toute la journée, les jeunes artistes bourguignons ont occupé la scène : Until Roads End, Eliot Simon, Tyl’in, Exultet, Bastien Brison Trio, Adil, DJ You, Laura Pradines, Saïd Annicha, Kevin Grenot, Anaïs.

Dorianne, 17 ans, membre du jury, en service civique à la ligue de l’enseignement, explique le déroulement du concours : « Au départ, il y a eu une présélection. Une vingtaine de candidats ont envoyé une vidéo. 10 ont été sélectionnés. Aujourd’hui, on est 4 dans le jury, tous volontaires, à juger les candidats. Ils ont 30 min chacun. On se base sur leur talent, la tenue sur scène, le côté décalé, l’originalité, la présence. C’est difficile de juger, car il y a différents styles et disciplines».

Chaque candidat a gagné 2 places pour le Silex et une carte téléphone musique 15 euros. Anaïs, la gagnante a remporté un trophée.

Un discours de clôture et une soirée festive pour récompenser la jeunesse Bourguignonne !

Karimouche, artiste
Karimouche, artiste

18 h : un discours formel a pris place avec les artistes Karimouche , Féfé et Edmond (Peter Paon), le maire d’Auxerre, Nisrine Zaïbi, vice présidente du conseil régional de Bourgogne en charge de la jeunesse et Olivier, en charge pour la ligue de l’enseignement nationale des parcours d’engagement et délégué général du réseau national des juniors associations.

Après une enquête auprès des jeunes, 3 problématiques récurrentes en sont ressorties : la mobilité, la formation et l’accès à la culture. Durant le discours,  ils ont joué le jeu et ont donné leurs avis ou leurs solutions.

20h30 : Le concert tant attendu ! Anaïs grande gagnante du Concours des Jeunes Talents a reçu son trophée par Nisrine Zaïbi en personne avant de laisser sa place à Karimouche (style musical éclectique : chanson française, rap, humour, jazz…) Féfé (rappeur) et Peter Paon (dj musique électro) ! Des artistes qui ont su passer un message de bonheur et de bonne humeur à l’ensemble des jeunes !

Féfé, artiste
Féfé, artiste

Féfé, artiste confie : « La jeunesse actuelle est comme toutes les jeunesses, toujours incomprises, elle doit se faire sa place ! J’aurai aimé avoir accès à des concours comme les Jeunes Talents. À mon époque, le rap n’était pas à la mode, j’avais du mal à trouver des lieux… J’ai commencé dans une église ! Juste pour dire aux jeunes qu’ils ont de la chance de pouvoir se produire sur scène avec ces tremplins ! Le seul conseil que je peux leur donner : aller au bout de ses rêves ! Il ne faut pas lâcher et aller au bout de ce que l’on a en tête pour ne pas avoir de regret ! ».

Féfé, voulait faire carrière dans la pub, mais issus de la banlieue parisienne, personne ne lui a donné sa chance, il s’est donc livré entièrement à sa passion, la musique, il confie : « Je n’ai pas de haine, je me dis juste : le système est mal fait. Pourquoi un mec de Seine St Denis ne peut pas aller dans une bonne fac ! Peut-être que cela a changé… ».

On récapitule : Chalon, Dijon, Auxerre… la prochaine édition se tiendra logiquement à Nevers l’année prochaine ! Avec de nouveaux acteurs, associations, artistes, etc. Nisrine Zaïbi confie : « Il va falloir trouver quelque chose de plus ! Je suis ouverte à toutes propositions ! ».