Archives par mot-clé : écologie

Protéger les palmiers

Soumise à l’urbanisation et au développement du tourisme, la palmeraie de Marrakech se fait grignoter par les immeubles. Sur les 3 000 hectares de végétation, 250 sont classés en Site d’Intérêt Biologique et Écologique (SIBE) de priorité 1 et le site regorge de centaines d’espèces végétales et animales, aujourd’hui en danger. Exemple de ces menaces : la construction d’un golf sur 30 hectares qui risque non seulement de perturber l’écosystème environnant, mais aussi de détourner le lit de la rivière l’Oued Tensift.

Continuer la lecture de Protéger les palmiers

Les khettaras : grandeurs passées en péril

Autrefois très utilisées pour nourrir la ville en eau, les khettaras sont un système traditionnel de drainage hydraulique, aujourd’hui en danger face à la croissance fulgurante de l’urbanisme à Marrakech. Un projet de protection a été déposé à l’UNESCO, histoire de ne pas oublier. Continuer la lecture de Les khettaras : grandeurs passées en péril

Mars 2008 : Le nucléaire : loin d’être un rêve, est-ce pour autant un cauchemar ?

Le nucléaire : loin d’être un rêve, est-ce pour autant un cauchemar ?
Le nucléaire est actuellement une grande source d’attention. Avec la flambée du pétrole, il apparaît comme une alternative intéressante que Nicolas Sarkozy loue dans beaucoup de ces voyages à l’étranger.
Cette énergie possède un gros défaut : elle fait peur. Tchernobyl n’est pas si loin. Il y a un an, nous commémorions le 20ème anniversaire de cet événement tristement célèbre. Est-il cependant raisonné de garder ses inquiétudes et de refuser s’aller de l’avant ? Je ne pense pas ou alors différemment.
Au train où vont les choses aujourd’hui, les besoins énergétiques de l’humanité ne peuvent qu’augmenter alors que les réserves de pétrole s’épuisent peu à peu en asphyxiant la planète. À ce moment-là, un premier choix s’impose : devons-nous continuer sur notre lancée ou stopper la croissance, la mondialisation et régresser ? La 2e possibilité bien que souhaitable, si on réfléchit un minimum sur le long terme, n’est pas envisageable dans la vingtaine d’années à venir. Cela signifierait un changement radical dans notre mode de fonctionnement, impossible à effectuer sans provoquer un chaos total.
Une 2ème question surgit donc : charbon ou nucléaire ? Il faut choisir. Ce sont les 2 seules sources d’énergies qui pourront subvenir à nos besoins de manière suffisante et économiquement viable. Le choix, à mon avis, est rapide à faire : le nucléaire apparaît largement plus souhaitable. En effet, le charbon est encore plus polluant que le pétrole. Étant donné l’état déjà alarmant de notre planète, l’utiliser massivement reviendrait à poser sa tête sur le billot en attendant la hache. Certes, le nucléaire n’est pas une énergie que l’on pourrait qualifier d’ « écologique » mais elle ne produit pas de gaz à effet de serre responsables des changements climatiques auxquels nous allons bientôt faire face. Quant à ses déchets, s’ils sont correctement reconditionnés, traités et stockés, ils n’ont aucun impact sur l’environnement. Le véritable inconvénient est leur longévité extrême.
Il faut donc développer le nucléaire dans les pays occidentaux mais également dans les pays en voie développement politiquement stables. Dans ces derniers états cependant, il sera nécessaire qu’un contrôle très strict international soit appliqué pour éviter les dérives vers le nucléaire militaire ou ne serait-ce qu’un accident tel que Tchernobyl que nous ne pouvons en aucun cas nous permettre.
Tout cela permettra au monde de s’approvisionner en énergie sans abîmer définitivement la planète en attendant un retour à une consommation moins effrénée et donc moins gloutonne. Le nucléaire est la seule énergie qui peut assurer la transition vers un monde plus raisonné et raisonnable du point de vue écologique.