Questions (presque) existentielles

Il est bien connu et justifié que peu de personnes apprécient l’hiver. Quoi de pire que de se retrouver enfermé dans un manteau tout juste chaud si l’on veut qu’il reste classe ou de prier chaque jour pour que la pluie décide d’épargner notre petite ville (mais surtout nos cheveux) ? Vraiment cette saison n’est pas de tout repos.

A présent fini de jouer les rebelles du froid les révoltés des moufles et des écharpes, la bise est (enfin) venue. Il faut l’accepter et remédier au plus urgent des problèmes : quelles chaussures ridicules vais-je devoir assumer cette année ? Auriez-vous oublié que chaque hiver les chaussures « chaudes » sont quasiment toujours une horreur ? Petite remise à niveau. L’année dernière nous avons eu droit à la botte « moonboots ». Pour les plus courageuses, elles étaient en daim avec des pompons, des froufrous, voir même de la peau de mouton (de couleur s’il vous plait). Les filles plus classiques ont voulu adopter la botte en daim la plus simple. Cependant toutes se sont heurtées au même problème… le manque d’étanchéité de ces merveilles, ainsi qu’un manque certain de solidité.
Quelle est la solution miracle ? Pour certaines, ce sera les bottes à talon noir avec un bout pointu. Bon on les connaît elles nous polluent la vue depuis un moment ! D’autres porteront les « All Stars », autrement dit des « Converses » avec deux trous sur le côté pour faire rentrer la neige. Aller ne vous découragez pas, ça devient de la routine, cette année les bottes ne désarment pas ! Toujours à la page il se profile tous les styles : hautes, à revers, plates… Seront-elles accompagnées, cette année, par la bottine plus courte plus « fashion » ou les ballerines – oui les chaussures d’été sont aussi pour l’hiver –  avec une légère adaptation ? (Je ne parle pas de la matière qui en théorie devrait être plus chaude mais des différents coloris qui s’étendent sur une palette de couleurs des plus remarquable : noir, marron, gris, voir même bleu marine.) Rien n’est moins sûr.
Bon après les chaussures, voilà le problème du manteau. Comment ne pas ressembler à notre barrique de tante Agnès, sans avoir froid ? L’anorak de ski que vous tend votre maman, pleine de bonnes intentions, semble ne pas être la solution. Il est possible, dès lors, d’adopter le manteau tellement dans le vent qu’il le laisse passer… Celui qui vous fait une jolie silhouette de star mais qui vous assure un rhume pour tout l’hiver ! Heureusement que Karl Lagarfeld a remis les écharpes et les gants à l’ordre du jour sinon, on serait vraiment embêtée.