OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Que de mises en scène à la Galerie Pictoris !

Le vernissage de 2 artistes, à la Galerie Pictoris, 20 rue d’Autun, a eu lieu ce vendredi 6 juin à 19 h. En entrant, on se laisse submerger, intriguer… par l’exposition photographique « Chocolat noir Intense » de Folly Afahounko. A l’étage on retrouve Patricia Piana et son installation plastique « Humanity Bella » plus qu’originale. En plus de ces œuvres exposées jusqu’au 1er juin prochain, Annie Thénot, présidente de l’association Arts’ Réfléchir, gérante de la galerie, rend hommage à son fils Cédric Thenot et ses œuvres célèbres.

Voir article : vernissage 23 mai, description Patricia Piana (théâtre/installation)

Folly Afahounko, professeur en peinture à l’huile et sculpture à l’écoleOLYMPUS DIGITAL CAMERA d’art de Chalon-sur-Saône (EMA Fructidor) et plasticien photographe, de temps à autre pour la ville de Chalon, présente une exposition photographique haute en couleurs et symboles ! En France depuis 12 ans, né au Togo, il dévoile son parcours à travers ses autoportraits photographiques mis en scène.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAIl explique : « Au Togo, j’avais pour habitude d’aller me faire prendre en photo chez le photographe et j’étais déjà intéressé par ce travail de mise en scène. À la base j’étais attiré par le dessin et la peinture. Il y a 7 ans, lors de mon cursus à l’école d’art de Chalon, j’ai découvert la photographie. J’ai naturellement commencé à faire des autoportraits dans lesquels je me suis mis en scène, je raconte une histoire, où je suis le personnage principal. Depuis tout petit, j’aime me mettre en scène. Je le fais aujourd’hui par la photo ».

Un parcours de vie / un recul sur 2 cultures différentes, en image !

OLYMPUS DIGITAL CAMERALors de ces histoires, Folly évoque le rapport qu’il a avec la France, notamment la vision du « noir pour le blanc » dit-il, et vice versa. Sans dénoncer, ni se mettre en victime, il met en scène sa vision qu’il a de l’occident et ce que l’occident pense des pays africains. Par exemple, il a fait un  autoportrait se mettant en scène avec la marque « Banania » , il confie : « Au Togo, je déjeunais toujours avec du Banania. Quand je suis arrivé en France l’ampleur que ce produit avait et la violence forte autour de cette image. J’ai décidé de me l’approprier et de me mettre en scène dedans ».  Son parcours a évolué au fil des années passées en France. Il commence par ces œuvres naïves et tend, petit à petit, par des messages plus profonds.

Patricia Piana, artiste (qui expose à l’étage), donne son avis sur Folly :OLYMPUS DIGITAL CAMERA « J’adore ! C’est un agitateur de symboles ! Il prend des images décriées et amène une naïveté, un jeu et de l’humour. Son travail est intéressant, car ses œuvres sont différentes. On voit l’évolution de son parcours à travers celles-ci. On passe d’un univers naïf, ludique à profond ! Tout ce qu’il fait est très théâtral, il me rejoint dans mon univers, voilà pourquoi on s’entend très bien ! »

OLYMPUS DIGITAL CAMERAPascale, visiteuse, avoue : « C’est très beau, je suis intriguée par la vie de l’artiste ! ». Chantal ajoute : «J’ai envie d’écouter sa démarche, de trouver le fil conducteur de son parcours. J’aime beaucoup, car il fait des choses différentes. On n’a pas le même regard sur toutes ces photographies. On voit des photos anecdotiques d’autres plus dérisoires…».