Quand le silence fait du bruit

Depuis fin mai 2008 une étrange manifestation se déroule chaque mardi à 18 h 30 Place de Beaune à Chalon-sur-Saône. En s’approchant, le passant curieux découvre un cercle de silence tenu par Réseau Éducation Sans Frontière. R.E.S.F est un réseau de personnes qui luttent aux côtés de familles, d’enfants, et d’étudiants immigrés sans papiers vivant en France et qui demandent leur régularisation.

En France, le premier cercle de silence a été organisé par des franciscains à Toulouse pour protester contre le centre de rétention situé à côté de l’aéroport de la ville. Depuis, ce mode d’opposition silencieuse s’est répandu un peu partout dans le pays et il existe à ce jour entre 60 et 80 cercles de silence. Cependant, chacun a ses caractéristiques et tous ces cercles ne sont pas identiques

Chaque fois que quelqu'un est humilié, est persécuté, est opprimé, il devient automatiquement français
Chaque fois que quelqu’un est humilié, est persécuté, est opprimé, il devient automatiquement français (Nicolas Sarkosy)

Chalon-sur-Saône, le réseau a décidé en mai 2007 de faire un cercle du silence hebdomadaire mobile, devenu immobile depuis. Les participants informent les passants à l’aide de pancartes et les invitent à signer des pétitions de soutien. Ce cercle hebdomadaire n’est pas la première action de ce réseau qui s’est formé en 2006. Ses actions prennent diverses formes : distribution de tracts, signature de pétitions, parrainage par des élus d’enfants menacés, concerts… Des modes d’actions qui sont, sur le fond, similaires dans toute la France tout en restant uniques, car à chaque fois, il s’agit de défendre un étudiant, un enfant ou une famille qui ont chacun leur propre histoire.

À ce jour, le réseau de Chalon défend cinq familles dont deux sont susceptibles d’être expulsées de leur centre d’hébergement et menacées de se retrouver à la rue. Monsieur Wucher et Monsieur Portefaix, deux membres du réseau, sont indignés comme tous les membres du réseau et leurs sympathisants par de tels agissements. Ils affirment leur conviction en une « société ouverte, où la libre circulation des hommes serait aussi facile que celle des capitaux et des marchandises ». Ces deux membres interrogés rappellent qu’ils ne sont pas les seuls à croire en ce monde utopique. Ils travaillent, en effet, en collaboration avec d’autres réseaux et associations qui ont les mêmes aspirations. Leur motivation commune est de défendre les droits des immigrés et d’informer les Français de la situation de ceux-ci. Pour eux ces interventions sont un devoir, même s’ils savent que le combat sera long et qu’ils devront inventer bien d’autres modes de revendication pour défendre au mieux les droits des sans-papiers.

Compte tenu du changement d’heure, RESF a décidé de modifier l’horaire et le jour du cercle de silence. Celui ci se tiendra dorénavant le deuxième samedi du mois à 15 heures. Le lieu reste le même. RESF vous invite à vous joindre à eux dès le samedi 8 novembre à 15 heures sur la place de Beaune