Prévention en image

Vers la fin de l’année 2009, les paquets de cigarettes seront accompagnés de photos illustrant des organes détruits par les dangers du tabac. Cette nouvelle réforme a pour objectif de sensibiliser plus radicalement les fumeurs dans le but de voir leur consommation fléchir.

Il est vrai que ce nouveau procédé peut choquer les âmes sensibles et paraître trop brutal pour une majeure partie de la population. Mais pour les experts en tabacologie, rien n’est trop violent pour faire réagir les fumeurs. Il faut que les gens puissent visualiser les dangers et se rendre vraiment compte des risques qu’ils encourent.

En revanche, le nombre de fumeurs a nettement diminué depuis l’augmentation du prix du tabac en 2005. Le tabac tue 66 000 personnes par an en France et tuera un fumeur sur deux sauf s’il arrête. Le tabac touche désormais une population de plus en plus jeune : l’âge de la première cigarette est en moyenne de 13 ans.

M. Jarry est pneumologue au sein de la clinique Sainte-Marie et acteur dans la lutte antitabagisme. Pour lui, cette nouvelle méthode ne peut promettre de garantir une nette diminution du taux de fumeurs. Selon lui, il n’est pas démontré de manière certaine que faire peur aux gens est efficace. Cela peut toucher certaines personnes sensibles, ou encore l’entourage d’une personne malade du tabac. Mais il n’est pas sûr que les fumeurs eux-mêmes se sentent vraiment en danger face à ces photos. Les fumeurs savent, pour la plupart, les risques qu’ils prennent en allumant une cigarette. Pour M. Jarry, le meilleur moyen de sensibiliser le fumeur est de le toucher au portefeuille en haussant les prix. Enfin, il nous précise que les messages déjà placés sur les paquets de tabac n’ont pas montré de réelle efficacité. Néanmoins, on peut penser que l’image contribuera à faire percevoir le tabac comme une substance dangereuse, à l’opposé de ce que propose l’industrie du tabac en diffusant une image positive par la valorisation de l’esthétique des paquets de cigarettes (Trophy Camel, Marlboro avec son cow-boy, Gauloise sportive…)

Les fumeurs restent eux-mêmes indécis face à cette nouvelle méthode. Ils sont, pour la plupart, choqués et pas très optimistes face à cette nouvelle campagne.

Pour Maxime, jeune fumeur de 16 ans, cela ne contribuera pas à le sensibiliser davantage contre le tabac. Selon lui, le fumeur ne s’attarde pas sur son paquet de cigarettes : « Nous ne regardons pas vraiment notre paquet quand nous prenons une cigarette. Le geste est mécanique, c’est une habitude. Ces photos choquent au début, puis comme pour la plupart des campagnes, leur impact s’estompe avec le temps. Mais il est vrai que de telles images atteignent notre sensibilité. Les photos font peur, tout comme la mort qui est représentée de façon très douloureuse. Mais on se dit que ces horreurs ne peuvent pas nous arriver »

En revanche, pour d’autres, cette prévention peut s’avérer efficace, non pas pour des fumeurs aguerris, mais pour de jeunes fumeurs. SelonMme X., qui tient à garder l’anonymat, le jeune fumeur cherche à construire sa personnalité. Il est plus sensible aux sollicitations extérieures et n’éprouve pas encore de dépendance physique au tabac. Il est donc plus susceptible d’arrêter qu’un fumeur déjà bien accoutumé.

Cette campagne peut également empêcher le commencement d’une vie de fumeur. La peur entraîne le recul et il est possible que ces images permettent de retarder l’âge de la première cigarette. À l’inverse, la peur peut provoquer la curiosité des jeunes et les amener à prendre contact avec le paquet de cigarettes. Au départ, l’adolescent peut se sentir attiré par cette nouveauté et va vouloir goûter à la cigarette pour sentir véritablement le danger du tabac. Les avis sur cette nouvelle campagne sont donc partagés. Il ne reste plus qu’à attendre les premières statistiques pour trancher et confirmer ou non les analyses des tabacologues.