Présentation

EDITO: Ce journal est une aventure. Humaine d’abord, parce que ces pages sont le fruit de rencontres, souvent fortes, entre les neuf jeunes rédacteurs français et les Québécois qui les ont aidés. L’aventure a commencé par deux semaines de reportage sur place, du 11 au 27 avril 2003… UN CERTAIN REGARD: Les Français connaissent assez peu (trop peu ?) les Québécois. Ne dit-on pas pourtant d’eux qu’ils sont nos cousins ?

Typo Extra Muros Québec

Directeur de publication :
Dominique Gaye.

Conseiller journalistique et chef-correcteur :
Arnaud Bouvier.

Animateur de la rédaction :
Hadrien Vincent.

Rédacteurs :
Nicolas Barriquand, Hélène Lebon, Fleur Tathereaux, Samuel Goëta, Morgiane Achache, Leslie Lhussiez, Hadrien Vincent.

Vidéastes :
Benjamin Demay, Sylvain Pajot.

Reportage vidéo sur la mission :
Céline Raquin.

Conception de la maquette :
Dominique Gaye, Nicolas Barriquand, Hadrien Vincent, Fleur Tathereaux.

Réalisation du magazine :
France Territoire Magazine.

Les photos sont de Typo, sauf mention contraire.

Tiré à 5000 exemplaires

Typo
Lycée Niepce
141 avenue Boucicaut
71100 Chalon-sur-Saône

Tel : 03.85.43.40.40
Tél :  06.21.04.83.36
Fax : 03.85.43.34.34
Mail : typo@e-typo.org
Web : www.e-typo.org

Partenaires de Typo extra muros

Permanent :
Fondation Varenne (Clermont-Ferrand)

Pour le numéro Québec :
France Territoires Magazines.
Office franco-québécois pour la jeunesse (Paris).

« Régionale » Sanguenay Lac Saint-Jean de l’association Québec-France, qui a totalement organisé l’accueil de notre équipe, et qui gère Typo-Québec.
site de l'association québec france


Aventure

Ce journal en est une. Humaine d’abord, parce que ces pages sont le fruit de rencontres, souvent fortes, entre les neuf jeunes rédacteurs français et les Québécois qui les ont aidés. L’aventure a commencé par deux semaines de reportage sur place, du 11 au 27 avril 2003. L’équipe a travaillé d’abord à Montréal, puis un peu au nord, à Jonquière, en collaboration avec une dizaine d’étudiants en «art et technologie des médias» au Cégep de la ville, ainsi qu’avec l’association Québec-France et sa «régionale» du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

réunion de travail des typoïstesL’équipe était encadrée par Dominique Gaye, responsable de la presse scolaire à l’Académie de Dijon (Clemi), et Arnaud Bouvier, un ancien de la presse collégienne devenu journaliste à l’Agence France Presse, qui a conseillé les jeunes reporters de Typo.

Cette mission avait été précédée, en février, de dix jours de repérage sur place par le rédacteur en chef de Typo et par Dominique Gaye.

Faire un magazine est une première pour Typo,  il a donc fallu adapter nos méthodes de travail, en concevant par exemple une ébauche (néanmoins détaillée) de sommaire et de chemin de fer avant même notre départ.

De retour en France, l’aventure s’est poursuivie par deux mois de travail : écriture, réécriture suite aux conseils précis et très présents d’Arnaud, relecture, et enfin mise en pages, réalisée avec les professionnels de France Territoire Magazine à Dijon. Les choix ont parfois été difficiles, car il est impossible de tout publier. Mais tous nos articles et nos vidéos sont consultables sur notre site : www.e-typo.org.

Ces pages ne seront donc jamais qu’une vision du Québec, par une dizaine de jeunes Français. Il faudrait plus d’une vie pour découvrir toutes les facettes de la Belle Province. Néanmoins nous avons essayé de faire un magazine le plus représentatif possible de ce que nous avons vu et perçu de ce pays, et qui montre surtout de quelle manière vivent les jeunes Québécois.

A leur tour, les étudiants en journalisme de Jonquière et d’autres jeunes du Saguenay viendront en France en janvier 2004, pour réaliser le même travail. En attendant ils sont devenus nos «correspondants locaux» à Typo Québec, et ils nous feront part de leur actualité via notre site web pour que vive l’aventure Typo Extra Muros Québec.

H.V.

Un certain regard

Les Français connaissent assez peu (trop peu ?) les Québécois. Ne dit-on pas pourtant d’eux qu’ils sont nos cousins ? On les avait déjà oubliés pendant plus de deux siècles, jusqu’à la visite à Montréal d’un certain Charles de Gaulle, en 1967. Depuis, les échanges se sont multipliés, notamment à travers l’association Québec-France / France-Québec. Mais finalement, que savons-nous réellement de cette petite enclave francophone dans l’océan anglophone nord-américain ? Que Céline Dion, Natasha St-Pier et d’autres y chantent, qu’il y fait très froid l’hiver, mais que la rudesse du climat est compensée par l’extraordinaire chaleur humaine des Québécois, pour énumérer quelques-unes des images que nous avions en tête avant de partir.

 cartes: Québec   Saguenay
cliquez sur les zônes indiquéesC’est finalement un autre regard sur la Belle province que nous autres, « maudits Français », avons ramené de ces deux semaines de reportage. Bien sûr notre vision est loin d’être exhaustive, car on ne peut faire le tour complet d’une province aussi riche. Mais nous avons souhaité faire ressortir ce qui nous a le plus marqués, à commencer par les contrastes entre Montréal, la métropole nord-américaine par excellence, et Québec la «ville européenne» (en tout cas pour ce qui est de l’architecture). Sans oublier les cabanes à sucre, les grands espaces, l’intégration des populations autochtones et des émigrants, ou encore l’impact des activités économiques sur l’environnement…

drapeau du québec. cliquez pour voir la carte du québecFaire un magazine sur un pays (car cette province a parfois des allures de pays), c’est aussi s’immerger dans une autre culture, pour essayer de comprendre. Au moment des élections législatives provinciales, c’est s’immerger dans la campagne aux côtés de jeunes militants  – nombre d’étudiants avec qui nous avons travaillé se sont enflammés pour l’un ou l’autre parti -, avant de prendre le recul nécessaire.

L’Amérique du Nord est un autre monde, au sein duquel le Québec est encore à part : y voyager procure un véritable dépaysement. Même la langue française y est particulière ! Nous avons essayé de laisser notre culture et nos idées à la porte pour nous imprégner le plus possible de celles de nos hôtes québécois.

Hadrien Vincent