Noureddine, la force tranquille

Noureddine, originaire du Maroc, est un véritable aventurier qui a parcouru le monde avant de se poser dans la région montagneuse de Demnate, emmenant au passage Hanna, sa femme, rencontrée en Suède. Son aventure inédite est d’autant plus remarquable qu’il en parle avec humilité. Polyglotte et fin connaisseur de sa région, ce guide attachant a toutes les qualités pour plaire aux touristes comme aux Marocains.

Noureddine Daifi est un véritable globe-trotter, il a découvert de nombreuses régions du monde. En 1991, Noureddine débarque en Suède « pour le travail ». « Et puis j’ai rencontré Hanna dans le métro à Stockholm ». C’est en 2001 que ce couple improbable a posé ses valises à quelques kilomètres de Demnate, pour ne plus repartir. Dès leur retour, Nourredine a décidé de devenir guide.
Noureddine Daifi est un véritable globe-trotter, il a découvert de nombreuses régions du monde. En 1991, Noureddine débarque en Suède « pour le travail ». « Et puis j’ai rencontré Hanna dans le métro à Stockholm ». C’est en 2001 que ce couple improbable a posé ses valises à quelques kilomètres de Demnate, pour ne plus repartir. Dès leur retour, Nourredine a décidé de devenir guide.

« C’est bien ici », lâche Hanna, la femme de Nourredine, suédoise d'origine au fil de la conversation. « Mais la neige, c’est meilleur », nuance-t-elle« Ici, j’aime la marche, la nature, la montagne, la tranquillité ». Ici, c’est l’Atlas. Lui, c’est Noureddine Daifi. En qualité de guide, il connaît la région de Demnate comme sa poche. Pourtant, cette tranquillité que lui apporte son nouveau métier, voilà peu de temps qu’il la connaît. Véritable globe-trotter, il a découvert de nombreuses régions du monde. Français, arabe, berbère, anglais, grec et suédois… Autant de langues qu’il parle couramment, même si l’arabe reste sa langue natale.

En 1991, Noureddine débarque en Suède « pour le travail ». « Et puis j’ai rencontré Hanna dans le métro à Stockholm », confie-t-il. Cette Finlandaise un peu bourrue est depuis devenue sa femme et l’a accompagné jusqu’au Maroc. Elle se débrouille avec le français et l’arabe, mais entre eux, c’est toujours en suédois qu’ils s’expriment. « L’hiver en Suède, il n’y pas de soleil », s’indigne Noureddine. Pourtant, il y sera resté dix ans en compagnie d’Hanna. Malgré l’obtention d’une double nationalité, Noureddine a finalement souhaité retourner au Maroc.

C’est en 2001 que ce couple improbable a posé ses valises à quelques kilomètres de Demnate, pour ne plus repartir. « C’est bien ici », lâche Hanna, au fil de la conversation. « Mais la neige, c’est meilleur », nuance-t-elle toutefois, nostalgique de son pays. « Dans les années 75, il neigeait aussi beaucoup ici », rétorque Noureddine avec humour. « On voyage une fois par an dans la famille d’Hanna et on reçoit des amis, de la famille », explique ce berbère dynamique. Un retour aux sources indispensable pour sa femme.

Dès leur retour, ce dernier a décidé de devenir guide. « J’ai l’habitude avec les touristes. Je connais la région, et j’aime la nature. Alors, il n’y a pas de problème », résume-t-il. Ensuite, ils ont mis en route un nouveau projet : créer le café-restaurant Imi Nifri, situé à proximité du fameux pont naturel. « Nous avons été les premiers », affirme Hanna, avec une pointe de fierté. Le prochain projet d’Hanna et de Noureddine est simple : « développer la publicité par Internet. » Ce couple atypique souhaite profiter du développement touristique de la région. « Il faut suivre la mode, ajoute Hanna. C’est le début de la concurrence ! On va faire du business. » « Les touristes, souvent des Français, nous encouragent », ajoute son époux.

La soeur de Nourredine - « Les touristes découvrent notre mode de vie, ils dorment chez l’habitant, ils ont des relations avec la famille »Ces touristes, il les connaît bien. Ce guide ne se contente pas de faire découvrir une région à ses visiteurs. « Ils découvrent un mode de vie, ils dorment chez l’habitant, ils ont des relations avec la famille », explique le Berbère. Plongés au cœur de la vie dans l’Atlas, ces visiteurs semblent apprécier le contact qu’établissent Noureddine et sa famille avec eux puisque « beaucoup reviennent ». Sa sœur et sa mère, vivant sous son toit, contribuent largement à l’attachement créé pour la famille de Noureddine.

« À Demnate, je connais tout le monde, et les gens me connaissent », souligne-t-il. Pour sûr, « Noureddine le Berbère » est une célébrité. Il ne peut faire un pas dans la rue sans qu’on ne le salue, sans perdre une once de simplicité. « Pour le moment, on est bien ici », promet le précieux accompagnateur. Son côté aventurier semble à présent se limiter à ses frontières. Un joli cadeau pour sa région !