« Notre premier vernissage… mais au Champomy ! »

P1280776 (Copier)En s’arrêtant à la galerie du Chatelet, rue du Pont à Chalon-sur-Saône entre le 10 et 15 septembre, il est possible de découvrir des peintures balinaises de l’artiste Tinggal (art abstrait, semi-abstrait et figuratif), mais pas que… des autres peintures colorées, pleines de joie et naïves sont exposées. Impossible de deviner que ce sont Antoine, 8 ans et sa sœur Louise, 6 ans qui les ont réalisées. Grâce à Christophe, leur papa leurs tableaux ont été exposés. Vendredi 13 septembre, à 20 h 30, vernissage originale de l’exposition intitulée « L’épaisseur », en compagnie de leurs amis, bien sûr au Champomy ! Un seul message : « L’art-gens fait le bonheur ».

Au sous-sol de la galerie, la collection créée par Antoine se nomme « L’épaisseur » et du haut de ses 8 ans, ce jeune peintre en herbe sait commenter avec fierté ses P1280766 (Copier)œuvres, il explique : « Mon premier tableau représentait une planète, le fond était trop noir alors j’ai rajouté d’autres couleurs et je les ai mélangé, c’est pour ça que j’ai eu l’idée d’appeler mon exposition “L’épaisseur”. Pour parler technique, il est aussi très expressif, il décrit : “Je prends un tube de peinture que je mets en haut du tableau, la peinture coule, je prends un pinceau et je l’étale partout. Je regarde les couleurs que j’ai déjà faites et j’envisage de ne pas refaire les mêmes. J’utilise toujours 2, 3 ou 4 couleurs différentes. Il y a certains détails que j’aime bien, ce sont les endroits où il y a des couleurs particulières dû au mélange de peinture”.

De l’épaisseur, des couleurs, des mélanges et des détails !

P1280779 (Copier)En commençant à 3 ans, Antoine a su évoluer rapidement et s’empreigner de son univers artistique, il confie : “Des fois, quand j’étais petit, on allait se promener avec mes parents je voyais des peintres et ça m’a donnée envie de peindre aussi”.

Sa sœur Louise, 6 ans a suivi le même chemin que son frère, ce dernier confie : “Ce que fait ma sœur, c’est beau. Elle s’applique le plus qu’elle peut. Elle m’a copié au départ sur l’épaisseur mais maintenant elle fait ses propres tableaux ».

Florence, maman des 2 artistes en herbes déclare : “Ils ont commencé de peindre à 3 ou 4 ans comme tous les enfants. Ensuite ils ont commencé à peindre sur des planches en bois qu’on avait récupérées puis sur des toiles avec de la peinture acrylique. Dès qu’ils ont une idée, ils peignent très vite. Ils ont également des périodes, en ce moment leur truc c’est l’épaisseur”.

Suite à leur présence sur le marché des créations sur les quais de Chalon-sur-Saône, la famille a voulu se lancer dans l’aventure et organiser cette première exposition officielle, qui à charmer le jeune public : Nina, 9 ans présente au vernissage déclare : “C’est jolie. Les tableaux sont magnifiques c’est un peu aventurier” et Sophia, 7 ans ajoute : “Ça décore bien la pièce, c’est beau”.

Des compliments rares de la part de ses camarades “Mes copains à l’école n’osent pas me dire de compliments. Je pense qu’ils le pensent, mais ne le font pas. Je pense qu’ils sont un peu jaloux” confie Antoine.

Peinture balinaise de l’artiste renommé Tinggal, ami de Christophe

Christophe, le papa a tenu également à exposer les tableaux d’un artiste balinais, Tinggal (peinture à l’huile) qu’il a rencontré à Bali, et qu’il ne cesse d’admirer, il explique P1280761 (Copier): “J’ai suis parti une première fois en vacances à Bali, je suis devenu ami avec le guide qui m’accompagnait. J’ai voulu y retourner une deuxième fois, accompagné par mon ami guide, mais autrement que dans des lieux touristiques. J’ai découvert que c’était une île des peintres. Je suis entré dans une galerie et je suis tombé sur une peinture de Tinggal. J’ai vraiment aimé ce qu’il faisait et j’ai voulu le rencontrer. J’ai mis 3 jours pour le trouver, je n’avais que son nom. On est devenus rapidement amis. Il m’a invité chez lui et j’ai assisté à son travail. Par la suite, je lui ai demandé si je pouvais vendre ces tableaux en France, il a accepté”.

Tinggal a été connu pour ces peintures de piranhas et son art abstrait développé. Peintre à Bali, mais aussi directeur d’une école de peinture, cet artiste ouvert d’esprit, peint aussi bien des femmes qui portent des offrandes à un temple, que des masques, des cubes… “Il n’est pas coincé dans un style de part de sa profession. Il enseigne la technique et les styles, et est donc par ce fait très ouvert. C’est rare !” affirme Christophe.

Antoine, de son côté et malgré sa passion, ne perd pas en vue de devenir maître nageur “Je garde la peinture pour mon plaisir personnel” déclare-t-il.

Il sera possible de retrouver les créations d’Antoine et Louise au château de Rully durant la période des fêtes de fin d’année.

Retrouvez leurs créations sur leur site : http://www.lartgensfaitlebonheur.com/