P1160213

Le murmure des plantes 2.0

Plante mécanique cracheuse de son, ambiance cyberpunk et sons stridents : Voici la sculpture interactive du collectif Zo Prod.

Le murmure des plantes 2.0, c’est une sculpture interactive installée dans le jardin de l’Arquebuse. A l’apparence post-apocalyptique et aux sons angoissants, la plante se défend des agressions extérieures.

Auparavant, le murmure des plantes (version 1.0), c’est une sculpture interactive poétique, qui appelle au toucher et insinue la douceur.

Caressez les pétales, et de douces mélodies s’en échapperont.

Les plantes cherchaient le contact pour vivre. Mais l’empreinte humaine a à nouveau pris le dessus sur la nature. Affaiblie puis détruite par la brutalité des gens, Fabrice, le créateur, cherche à faire évoluer sa pièce.

« Sur certains festivals, de petites casses, ça arrive. Rien de grave. Et puis il y a un festival où ça a été plus loin. Un festival pour enfants, avec une chasse au trésor. Ils devaient trouver d’où venaient les sons, ce que c’était, le nom des objets, décrire la plante… Donc 20 enfants, qui tapent, tirent, frappent. Après ça a été super à voir, car ils se sont éclatés ! Mais en rentrant, on voit que tout est cassé. Les humains ont décidé de faire du mal à la plante, alors je décide de la faire évoluer. », raconte Fabrice, membre du collectif ZO Prod, à l’origine de l’installation.

P1160193Le murmure des plantes 2.0, c’est une pièce interactive qui se méfie maintenant de la présence humaine. La poésie laisse place à l’agressivité, la plante se refuse au contact. Autrefois doux et mélodieux, le son est aujourd’hui parasite et angoissant.

Approchez-vous de la plante, et de stridentes modulations vous agresseront.

« Avant on touchait, les gens trouvaient ça très poétique, très doux.. Maintenant elle ne supporte plus qu’on la touche, qu’on lui fasse du mal. Elle a mis en place un système d’autodéfense. Quand on l’approche de trop près, et qu’on parasite son espace, elle nous agresse de ses hurlements. », précise Fabrice.

La notion de parasite est à double sens : le spectateur s’insinue et parasite l’espace vital de la plante pour s’en emparer. À son tour, la plante est le parasite sonore qui vient se défendre des agressions extérieures.

Le murmure des plantes 2.0 est une sculpture évoluant au gré des expériences du public.

Elle propose un questionnement sur la durabilité des choses, l’impact néfaste de l’humain sur la nature et les moyens de mettre en exergue l’œuvre et ses possibles évolutions.

Un collectif de 14 ans

Le collectif Zo Prod, créé il y a 14 ans, est né d’un rassemblement d’artistes : vidéastes, musiciens, performeurs… La volonté était de se regrouper pour créer. Zo, c’est un peu le côté animal, avec un seul « o » : il devient ON, NO, OZ… En 1995, la Techno Parade fait appel au collectif pour créer un char de parade. Cet atelier aux multiples identités artistiques devient réellement collectif pour construire « La Bête » : une moissonneuse batteuse transformée, devenue une bête à la mâchoire aiguisée, accompagnée des échassiers cracheurs de feu, d’une production sonore, de comédiens boueux déambulant sur la bête… Fort d’un accueil très satisfaisant du public, ZO Prod prend de l’ampleur. Les artistes s’orientent sur des pièces protéiformes et naviguent entre construction et déconstruction.

18 ans plus tard, on les retrouve dans le Off du festival Chalon dans la Rue, avec la pièce « Le murmure des plantes 2.0 ».

Galerie Photos