Le lycée Parriat « goncourt » à la Fnac de Lyon

Goncourt des lycéens. Délibérations régionalessorj_281511.96Le 12 novembre, Léna, élève de seconde du lycée Parriat de Montceau-les-Mines, accompagnée de son enseignante de lettres, Mme Burlier, se rend à la Fnac de Lyon pour représenter sa classe à l’un des 6 jurys régionaux du prix Goncourt lycéen. L’autre objectif est d’être élue comme l’un des jurés qui choisiront, à Rennes, en final, le livre primé.

Le 14 novembre, à Rennes, le jury désigne comme vainqueur Le quatrième mur de Sorj Chalandon (Éditions Grasset)

Léna raconte son aventure, hélas, que lyonnaise.

9h13, le TGV en direction de Lyon entre en gare. Je m’apprête à défendre le tiercé de la classe pour le Prix Goncourt des lycéens. Je suis très excitée à l’idée de rencontrer les autres lycéens et de pouvoir échanger avec eux.

10h30, après quarante minutes de train et une dizaine de minutes de métro, nous arrivons à la Fnac où nous demandons les dernières informations sur le déroulement de l’après midi. Il nous reste quelques heures avant le début des délibérations, j’en profite donc pour arpenter les rayons de la Fnac.

13h30, les premiers élèves arrivent, voici donc l’heure des rencontres, des premières impressions, des premiers échanges.

14h00, nous entrons dans la salle où nous allons débattre, nous nous installons sans trop savoir quoi nous dire. Les organisatrices nous proposent de faire un tour de table pour nous présenter et énoncer le tiercé choisi par la classe. Ils sont six auteurs à prétendre au tiercé régional, nous argumentons donc sur les huit autres livres. Pourquoi n’ont ils pas plu ? Ont-ils été beaucoup lus ? Chacun argumente à son tour, nous nous écoutons, nous nous répondons dans une bonne ambiance. La timidité du début a vite laissé place à l’envie de partager avec les autres. Il faut maintenant défendre nos tiercés respectifs. Qu’est ce qui a plu ? Nous argumentons tous avec ferveur. Vient alors le moment de voter pour les trois livres qui représenteront la région, nous sommes un peu en retard, il faut donc nous dépêcher. Un tour, deux tours pour le premier -L’invention de nos vie- trois pour le second -Le Cas Edouard Einstein-, trois tours également pour le troisième – Le quatrième mur-. Le scrutin est très serré, les places se jouent à une, deux voix près. Nous avons peu de temps pour commenter le résultat car il faut maintenant élire les deux délégués pour aller à Rennes. Sur les neufs lycéens présents, sept se présentent. Hélas, je me rends rapidement compte que je n’aurai pas la chance de représenter la région, dès les deux premiers tours, quatre élèves sont éliminés, dont moi. Les délibérations ont pris plus de temps que prévu, je n’ai que le temps de dire au revoir aux élèves et aux organisatrices, je dois partir sans savoir qui des trois derniers candidats nous représenteront, notre train part dans quelques minutes.

18h43, le TGV en provenance de Lyon entre en gare du Creusot, je peux enfin prendre le temps de repenser à cette journée qui a été intense et pendant laquelle je n’ai eu que peu de temps pour me rendre compte de ce qui se passait. Je rentre chez moi un peu déçue de ne pas avoir été retenue pour Rennes mais très heureuse d’avoir été la porte-parole de la classe le temps d’une journée et d’avoir pu participer à ce projet qui a été enrichissant pour chacun d’entre nous et qui nous a permis de nous rapprocher et de travailler ensemble.