Le Bonheur de ce que l’on sème

C’est le vendredi 17 octobre à Montceau-les-Mines, à l’occasion du festival Tango Swing et Bretelles que nous avons rencontré Guizmo, chanteur et musicien de Tryo, peu avant le concert du groupe. Celui-ci nous a retracé leur cheminement jusqu’à la parution de « Ce que l’on sème », leur dernier album.


Le groupe TryoLe groupe Tryo, habitué des festivals, était très heureux ce vendredi 17 octobre de partager la scène avec la Grande Sophie et Bernard Lavilliers, d’autant plus que le groupe a participé au dernier album de celui-ci, intitulé « Samedi à Beyrouth ». Guizmo nous confie que, grâce à un père collectionneur de vinyles, fan de blues et de hard rock, il a eu la chance de grandir avec toute la musique des années 70 : de Led Zeppelin à Bob Marley, en passant par les Rolling Stones et ACDC. C’est à l’adolescence qu’il a été influencé par la chanson française, en particulier Renaud, qui a joué le rôle de déclencheur, lui donnant l’envie d’écrire de façon simple avec le langage de la rue. Un peu plus tard, Mali, Manu et Guizmo se sont rencontrés par hasard dans une MJC de quartier. Daniel, le percussionniste, les a rejoints quelque temps après. C’est l’un de leurs amis, lors d’une randonnée, qui les a encouragés à monter sur scène. « Il y a tout de suite eu quelque chose avec le public ; les gens se sont très vite approprié le groupe etont fait circuler les disques, les cassettes…et on s’est retrouvé un peu « en haut de l’affiche » déclare Guizmo.

 

Le groupe TryoTreize ans se sont écoulés depuis leurs débuts et aujourd’hui ils reviennent avec un 5ème album, « Ce que l’on sème », sorti le 1er septembre. « Avec ce titre on veut faire passer l’idée de la petite graine qu’on laisse derrière soi, ce que l’on va laisser à nos enfants ». Ce disque, nous avoue Guizmo, est essentiellement fondé sur « l’amour, la joie, des valeurs simples, le partage, la fête, l’écologie et le respect du monde qui nous entoure…mais surtout la fête», tout cela sur fond de reggae. Pour la réalisation des morceaux, chacun compose de son côté : « c’est très simple, on travaille avec notre cahier, notre guitare, on chante les chansons aux copains et on voit ce qu’il se passe. » Tryo, voulant aller toujours plus loin musicalement, est même parti en Inde afin d’écrire  « Mrs Roy ». Cette chanson aux rythmes et aux sons indiens, nous conte l’histoire de Arundhati Roy, une écrivaine indienne, connue pour son activisme pacifiste. Pour l’avenir, Tryo n’a pas de projet à long terme, bien que la tournée les emmène jusqu’en 2010, avec plus de 250 dates. Les membres du groupe ont aussi d’autres envies à côté. « Le luxe de ce métier, c’est de pas trop se projeter ». Quelques heures avant le concert, Guizmo affirme qu’il avait tout de même un peu le trac, mais que tous les membres du groupe étaient très heureux de participer à ce festival pour « donner le meilleur de soi pendant deux heures, avec le public qui crie, qui n’attend que toi ».Lors du concert, Tryo a su déchaîner les foules et transmettre son énergie.

Les photos du concert : 

 

Vous avez dit « Tango Swing et Bretelles »?

Ce festival, qui existe depuis plus de 10 ans, a permis à plusieurs artistes, tels que Bénabar, Cali et Jamait de se faire connaître du grand public. Il Propose de nombreux concerts, mais aussi d’autres activités. Nathalie Dessertaine, chargé de la communication du festival, nous dépeint celui-ci comme très intimiste, avec toujours de nouveaux groupes, des concerts gratuits, une bonne ambiance, et un constant succès pour les soirées sous chapiteau. « Nous n’avons eu que des critiques positives » déclare-t-elle. Chaque année, plusieurs milliers de personnes fréquentent ce festival devenu le deuxième événement culturel du département et le troisième de Bourgogne.