La syncope du 7

La syncope du 7 donne une folle envie de bouger et de sauter dans tous les sens. Le show met en scène un trampoline, accompagné de plates-formes et d’un trapèze. À partir de ce décor, les artistes de cirques et un musicien jouent avec équilibre et déséquilibre, chutes et rebonds.

Pour la plupart, les membres du collectif AOC sont issus de l’école nationale du cirque de Chalon. C’est l’histoire d’une bande de copain qui, à la sortie de l’école, s’est montée en compagnie. L’écriture de leur spectacle a commencé sur un bout de table : « En fait, ce qu’ils avaient dessiné sur un coin de table c’est toute la structure, les échafaudages…  On ne part jamais d’un propos social ou d’une histoire, on part toujours des agrès et des décors », confie Peggy Donck, l’administratrice de la compagnie.

La compagnie AOC représente au Vietnam ce qu’on appelle le « nouveau cirque ». Avec plus de 500 compagnies recensées dans l’Hexagone, le cirque contemporain, né dans les années 70, est un peu une spécialité française. Exit monsieur Loyal et les clowns. Le cirque a été remis au goût du jour puisqu’aux techniques de cirque s’ajoute une dimension chorégraphique.  La compagnie a fait appel à la chorégraphe Fatou Traoré pour la mise en scène du spectacle. « On est la première des compagnies à avoir autant un parti pris sur la danse », clament en cœur les artistes qui sont en perpétuelle recherche de nouveaux mouvements.

Toute l’équipe a beaucoup baroudé dans le monde. Deux membres de la compagnie avaient déjà découvert le Vietnam aux cours d’anciens festivals. Pour les autres la visite sera rapide car il y a beaucoup de boulot avec les répétitions : « Certaines choses ont été retirées du spectacle à cause de la pluie », regrette Peggy Donck. Le public vietnamien, qui n’est pas parti avant la fin du spectacle, a semble-t-il apprécié cet instant magique ou l’apesanteur n’est plus. La création s’achève en Asie, puis après quelques vacances bien méritées, le groupe se remettra au travail sur une nouvelle création qui démarrera en décembre 2004.

http://www.collectifaoc.com