La révolution roumaine

1989 : Ceausecu dirige encore d’une main de fer, avec la Securitate, sa police secrète politique,  la Roumanie qui est privée de liberté depuis 40 ans…17 Décembre 89, première révolte à Timisoara…. fortement réprimée. L’occident s’émeut du faux charnier de Timisoara…Bucarest se révolte. Le tyran s’enfuit en hélicoptère de sa capitale. Le 25 décembre, le génie des Carpates  est arrêté, jugé, condamné et fusillé avec sa femme Eléna dans un procès digne de sa propre justice… l’arroseur arrosé, le fusilleur fusillé…

Retour sur cette révolution ou sur ce coup d’état déguisé… avec des témoignages de ceux qui l’ont vécue

Nicolae Ceausescu (1918-1989), tyran roumain Le régime de Nicolae Ceausescu s’effondra après avoir ordonné aux forces armées et à la Securitate d’ouvrir le feu sur les manifestants anti-communistes dans la ville de Timisoara le 17 décembre 1989. La rébellion qui se propagea à Bucarest, probablement aiguillonnée par la décision peu opportune de Ceausescu d’y organiser le 21 décembre 1989 un rassemblement de masse, censé confirmer le soutien populaire au régime. La manifestation, diffusée en direct à la télévision, se transforma en une démonstration massive de protestation contre le régime. Le lendemain les manifestants envahissent le bâtiment du Comité Central où Ceausescu présidait une réunion. Les époux Ceaucescu rejoignent un hélicoptère sur le toit du bâtiment pour s’enfuir. Les forces armées fraternisent spontanément avec les manifestants. Le 25 décembre 1989[3], à la suite d’un procès expéditif de 55 minutes rendu par un tribunal auto-proclamé, réuni en secret dans une école de Târgoviste à 50 km de Bucarest, Nicolae Ceausescu et Elena Petrescu, coupables de génocide, étaient condamnés à mort et aussitôt fusillés dans la base militaire de Târgoviste.

Le soir même les images des corps exécutés du couple Ceausescu sont diffusées à la télévision. Les cadavres seront enterrés dans un cimetière de Bucarest dans une tombe sans nom.

sources Wikipédia