La métropole sous les tropiques

Un certain regard, celui de Quentin sur La Réunion

« Ah, tu es allé à la Réunion ? Tu as dû être dépaysé là-bas ». Une réflexion que j’ai souvent entendue. Eh bien non, je n’ai pas été dépaysé ! Malgré les 9000 kilomètres qui la séparent de la métropole et le passage de l’hémisphère Nord à l’hémisphère Sud, la Réunion, ça reste la France ! Tout, des routes  aux magasins, en passant par la langue (même si l’accent créole a son petit charme), nous rappelle la France… pardon, la métropole. Nombreux sont ceux qui font l’amalgame. On a souvent tendance à l’oublier : la Réunion est bel et bien, au même titre que la Saône-et-Loire, un département français.

Mais s’il est bien quelque chose que la Réunion n’a pas en commun avec la métropole, c’est la diversité.

Diversité des cultures. Créoles, Zoreilles, Zarabes : même si les relations sont parfois tendues, voici un exemple de fraternité sur lequel nos amis Palestiniens et Israéliens devraient se pencher.

Diversité, du même coup, des religions. Saint-Denis est une des rares villes au monde dans laquelle vous pourrez trouver à la fois une église, une mosquée et un temple hindou.

Diversité des paysages aussi. Déjà, au sortir de l’aéroport de Saint-Denis, on pressent la présence des cirques qui s’offrent devant nos yeux émerveillés. Sur la nouvelle route des Tamarins, on regarde à droite, nous avons les cirques qui se dressent devant nous, on regarde à gauche, il y a l’Océan Indien à perte de vue. Mer, soleil, montagne… ne manque plus que la neige. Faux ! Il a déjà neigé à la Réunion ! Pas de quoi sortir les skis, mais quand même.

En revanche, au niveau de la diversité des températures, on repassera. Des montées à 40°C en plein… hiver. On ose à peine imaginer l’été.

Pour conclure, et rendre hommage à ces Réunionnais si accueillants, insularité rime effectivement bien avec hospitalité. « Comme pour la Corse » diront certains. N’exagérons rien…

En tout cas, merveilleux voyage que ce périple à la Réunion. Cependant, comme dirait notre ancien président de la République, « c’est beau, mais c’est loin ! ».