préservatifs

Informe toi, préserve toi

Le festival Bouje, orienté vers les jeunes, est là pour parler d’avenir, d’études, de travail, mais aussi de santé, d’amour et de sexualité. Les jeunes ont besoin d’être informés et conseillés quant à leur sexualité, les risques à éviter et les centres capables de les accueillir.
Le CPEF ( Centre de Planification et d’Éducation familiale ) ainsi que le CIDDIST ( Centre d’Information, de Dépistage et de Diagnostic des Infections Sexuellement Transmissibles ), présents sur le salon, prêtent une oreille attentive aux questionnements et demandes des jeunes.

Publication - Crédit CG 58
Publication – Crédit CG 58

Le CPEF et le CIDDIST sont des lieux de parole, d’informations et de conseils, permettant à des personnes de tout âge et de tout statut familial de venir demander des informations, consulter un médecin ou bien chercher des conseils à propos d’amour, de sexualité, de maladie. Gratuits et anonymes, ces centres mettent à la disposition des jeunes des préservatifs, des possibilités de consultation médicale, des aides professionnelles telles que des psychologues, assistantes sociales ou infirmières.

Publication CG 58
Publication CG 58

Se faire dépister, se faire prescrire une contraception ou bien stopper une grossesse non désirée : ces deux centres sont avant tout un espace ou le personnel est à l’écoute des jeunes. Par ailleurs, certaines démarches ne nécessitent pas le consentement des parents, une porte de sortie pour certains jeunes pour qui la communication familiale est en berne et qui ont besoin de repères.

Fanny, 16 ans, a déjà été au CPEF. Elle explique ses motivations : « Je suis dans une famille qui n’accepte pas de parler de sexualité. Je ne savais rien de la contraception ou des risques. J’avais besoin de me confier sur ce que je vivais, mes expériences, mais aussi en savoir plus sur les IST, pouvoir en discuter sans choquer personne. C’était impossible d’en parler chez moi. Alors j’ai été au centre, et ça m’a beaucoup aidé. »
préservatifsPar ailleurs, des projets naissent de ces rencontres. Le personnel du centre s’est entendu dire à maintes reprises l’impossibilité de toujours avoir un préservatif sur soi. Quant à la question : quel est l’objet que vous avez le plus souvent sur vous ? Les jeunes ont répondu « mon téléphone portable ». Ainsi, le centre, à l’aide d’une entreprise qui embauche du personnel en réinsertion, a créé une housse de téléphone avec une poche intérieure permettant d’y ranger un préservatif. Un projet ludique, utile et parfaitement enclin à plaire aux jeunes. Sur cette housse, le numéro de téléphone de ( …. ) ainsi qu’un slogan « no sock, no love. » Ce petit trait d’humour saura, on l’espère, rappeler à tout à chacun la nécessité du port du préservatif.