Hilaire de Chardonnet : le Club Solidarité en route pour l’égalité des genres !

De gauche à droite : Emmanuelle Roussiot, Tina, Gastan et Hugo devant la fac de médecine de Besançon
De gauche à droite : Emmanuelle Roussiot, Tina, Gastan et Hugo devant la fac de médecine de Besançon

 Jeudi 27 juin, le Club Solidarité du lycée Hilaire de Chardonnet de Chalon-sur-Saône, représenté Tina et Gastan (élèves de seconde) et par Hugo (engagé au titre du service civique, chargé de l’encadrement), est en route pour la salle de réunion du CERCOOP Franche-Comté à la faculté de Médecine, place St Jacques à Besançon, accompagné d’Emmanuelle Roussiot, présidente de l’association « Safe »* (solidarité aux femmes excisées)  de  Chalon-sur-Saône. Objectif, participer à une table ronde pilotée par Vanessa Campan, chargée de mission à la CERCOOP,   avec pour thème « Genre et coopération internationale ».

 Le Club Solidarité en action

 Le Club Solidarité existe et agit depuis 13 ans. Présidé par Mme Mazuet,  CPE à Hilaire de Chardonnet et géré par Denise Bousquet, l’équipe organise des actions de sensibilisation, de récolte de fonds afin de permettre aux élèves du club solidarité de partir en missions humanitaires. En mission, ils travaillent directement avec les associations locales afin de les soutenir et les aider. Ils sont déjà partis aux Philippines,  en Haïti, au Niger, au Vietnam et au Burkina Faso où ils retourneront en 2014. Leur enjeu : l’éducation dans ces pays en voie de développement. Le Club les aide en les parrainant, leur achetant des fournitures scolaires, en créant des structures scolaires…

Une vingtaine d’élèves du lycée (de la seconde à la terminale) sont investis dans l’association. Les jeunes ont aidé la préparation du groupe d’élèves qui est parti en septembre 2012 au Burkina Faso (tri, rangement). Ils participent à des missions ponctuelles comme l’opération papier cadeaux dans les grandes surfaces en période de fêtes. Ils préparent également un spectacle pour la rentrée prochaine. Tous consacrent 1 h voire 2 h dans leur semaine, ce hors temps scolaire.

Tina, au club solidarité depuis 1 an témoigne : « Je ne savais pas qu’il y avait autant de préparation avant de partir au Burkina Faso, et autant de gens aidés ici par des associations». Le Club lui à changé sa façon de voir les choses, comme la valeur de solidarité qu’elle s’est appropriée, ou les rencontres de gens engagés, qui aiment aider.  Elle continuera avec plaisir l’année prochaine.

« Le but de cette réunion est de sensibiliser Tina et Gastan à la thématique des femmes, leur faire prendre conscience que les actions du Club Solidarité peuvent être plus complexes que ce qu’ils attendaient. Cela permet de les responsabiliser, qu’ils se rendent compte du professionnalisme des personnes engagées » explique Hugo.

Un nouveau sous-groupe, « Genre et coopération internationale » au sein de la CERCOOP !

La CERCOOP est un réseau multiacteurs, une coopération décentralisée* de Franche-Comté (semblable à Bourgogne Coopération en Bourgogne), qui permet de rassembler des acteurs du territoire (associations, collectivités territoriales…) pour échanger entre eux, mutualiser leurs efforts et compétences, face au contexte économique difficile.

Différents groupes de travail sont organisés « Jeunesse et solidarité internationale », « Pays Burkina Faso »… Un nouveau a été créé : « Genre et Coopération internationale ». 

La stratégie «genre» de la France a été mise en place en 2007 par le ministre du Développement. En 2012, Pascal Canfin, ministre délégué au développement auprès du ministre des Affaires étrangères (MAE), a demandé une évaluation qui s’est terminée en janvier 2013. Le résultat de cette évaluation amène à une réactualisation de la stratégie et du plan d’action. Il faut donc pour cela, proposer des idées, des projets, en vue d’établir une stratégie finale mi-juillet. Ce pour quoi cette réunion est organisée : le groupe de travail contribue à l’actualisation de la stratégie genre du CERCOOP Franche-Comté.

 Réunion du 27 juin

 Le but de cette réunion, présenter les travaux du sous-groupe et d’échanger sur les besoins, les attentes et perspectives des collectivités territoriales franc-comtoises sur la question des femmes.  Elle est pilotée par Vanessa Campan, chargée de mission à la CERCOOP, en charge de la promotion de la solidarité internationale, de l’organisation de formations, de temps de conseil ou d’appui, de temps de concertation entre les acteurs pour amener une mutualisation dans les projets.

La présence d’Emmanuelle Roussiot à cette réunion est importante pour faire connaître son association et comprendre le fonctionnement des autres coopérations décentralisées pour pouvoir s’en inspirer en Bourgogne.

 Au programme : Un tour de tables des actualités, une présentation des travaux effectués et de l’avancée de l’actualisation de la stratégie nationale concernant le genre, une présentation de la délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité (DRDFE) représentée par Catherine Pistolet, un point sur la formation en genre à mettre en place…

Plusieurs thèmes sont abordés : Les priorités relatives aux droits des femmes et au genre dans les domaines d’action de coopération décentralisée/Pistes de travail pour l’amélioration de la promotion et de la défense des droits des femmes/ Définitions des besoins en vue d’organisation de formations internes/ points sur les outils méthodologiques existants/ Identification de l’expertise française et/ou francophone/ point sur le financement des projets/  Réflexions sur l’utilisation du marqueur genre/ Identification des mécanismes de mise en œuvre des plans d’action internes.

Tina et Gastan ressortent de cette réunion la tête remplie de stéréotypes et d’explications… La réunion professionnelle est abordable pour eux malgré des thèmes plus complexes à comprendre comme la partie financement, les différents organismes et la notion de coopération.

Tina et Gastan sont partants pour de nouvelles aventures, et partagent un avis commun « Je ne savais qu’il y avait autant d’inégalités surtout dans les salaires ! ». « C’est intéressant, car le club solidarité fait partie de Bourgogne Coopération (réseau également multiacteurs), cela nous a donné des idées à appliquer dans notre région » déclare Hugo.

 Exemples de stéréotypes, très parlants pour Tina et Gastan :

Il y a 33,7 millions de femmes sur la terre :

On compte 27 % d’écart de salaire entre les hommes et les femmes.

1/3 des femmes travaille à temps partiel.

Les femmes effectuent 18 h de tâches domestiques supplémentaires  par rapport à leur mari par semaine.

75 000 femmes sont violées chaque année.

Etc.

NDRL une rubrique « Genre et coopération » sera prochainement créé sur le site internet de la CERCOOP.

Pour avoir une présentation complète et suivre les actualités  du CERCOOP : http://www.cercoop.org du Club Solidarité : http://clubsolidarite-hilaire.blogspot.fr/ de l’association SAFE : http://safe.over-blog.org/

* La Coopération décentralisée représente l’ensemble des actions/partenariats des collectivités territoriales avec les autorités locales étrangères. L’expression désigne l’établissement de relations de long terme entre collectivités françaises (régions, départements, communes et regroupement) et étrangères, formalisées par des conventions. Celles-ci définissent les actions de coopération prévues et leurs modalités techniques et financières.

*SAFE : association créée en 2009, à Chalon-sur-Saône par Emmanuelle Roussiot dans le but de lutter contre les l’excision qui touche 90 millions de femmes en Afrique et 50 000 en France. Emmanuelle a effectué de nombreux déplacements en Afrique à la rencontre de ces femmes (Kenya, Mauritanie, Niger, Burkina Faso…). Un film sera en vente à la rentrée prochaine. Elle souhaite dorénavant développer ses actions en Bourgogne.