Typo dans la rue_dxo-111

Dis, c’est quand la rentrée Typo

Septembre voyait apparaître, depuis 1998 dans les lycées de Chalon, les célèbres affiches  » Lycéens et journalistes, c’est possible avec Typo… réunion d’information le… ». Cette année rien… Typo ne rentre pas…plus… malgré une couverture exceptionnelle de Chalon dans la Rue par 19 lycéens compétents et motivés, une ministre de l’Education qui veut développer dans les lycées l’éducations aux médias et la création de journaux scolaires… Plus de local…les raisons sont multiples de cette fin annoncée et l’indifférence des décideurs grande. Quelques lycéens se mobilisent pour que 17 ans de Typo ne finissent pas dans la Rue… ils ont créé un collectif : Typo Debout… voici leur communiqué

Typo :
Un avenir en péril,
une expression lycéenne menacée

Voilà 17 ans que l’association Typo permet aux jeunes journalistes « lycéens » d’exercer leur passion. Cette action de presse lycéenne unique en France a été initiée, en 1998, en étroite collaboration avec le CLEMI de Dijon (Centre de Liaison de l’Enseignement et des Médias d’Information) et est soutenue depuis par ce service d’éducation aux médias du rectorat. Cette association dispense de précieux conseils sur les métiers de journaliste. Dans la pratique, elle a permis aux collégiens et lycéens de Bourgogne d’écrire des articles, de réaliser des reportages ou des interviews écrits ou/et vidéo ici et en Francophonie. Ce sont plus de 550 adolescents qui ont pu profiter de l’expertise, du dynamisme, de l’expérience des membres du Clemi et de l’association, du savoir-faire de professionnels (monteurs, journalistes, journalistes reporters d’images…). Ils ont à leur actif des milliers de plusieurs productions papier, web, vidéo sur tous les sujets et notamment 10 magazines extra-muros : Cambodge, Roumanie, Québec, Mali, Maroc, Vietnam, Réunion ou encore Bombay… Plus récemment, 19 lycéens et 1 étudiant chinois ont réalisé 52 créations en presse écrite, en interview, ou en plateau sur le Festival de Chalon dans la Rue du 22 au 26 juillet 2015.

une fin annoncée

Autant d’expériences enrichissantes et formatrices qui bientôt seront à conjuguer au passé. Face à difficultés budgétaires conséquentes, à une perte de local, au déficit de participants, Typo se voit aujourd’hui contraint de suspendre, peut-être définitivement, ses activités au service des jeunes et de l’information. Une triste nouvelle quand on sait que 35 anciens de Typo sont devenus journalistes reconnus et notamment un journaliste reporter d’images sur TF1 et un autre à France télévision. Des rêves exaucés en partie grâce à Typo. Un arrêt forcé d’autant plus affligeant que toute une équipe compétente se voit réduite à l’inactivité malgré l’acharnement du responsable de l’organisation Dominique Gaye pour le maintien des activités de Typo. C’est malheureusement, à un moment où la Ministre de l’Éducation entend développer les médias d’information scolaires à l’école, une aventure humaine des plus enrichissantes qui s’achève, laissant des apprentis journalistes désarçonnés. Mais la motivation sans faille de ces derniers indique que tout n’est peut-être pas condamné…

Typo ma meilleure expérience lycéenne

« Typo doit exister » affirme Suzanne, participante 2015 de Typo dans la Rue convaincue que « Typo est le meilleur média qui existe en Bourgogne pour faire valoir l’expression des jeunes apprentis journalistes ». Un sentiment partagé de tous, et notamment par Esteban, membre de longue date de Typo et ancien président de l’association « certain du rôle primordial que joue cette Association auprès des jeunes et les conséquences que provoquerait sa disparition au bout de 17 ans d’aventures journalistiques ». Quant à Alexis, actuellement en CDD à l’AFP, il retient comme meilleur souvenir un reportage à Mayotte en 2009, Typo reste sa « meilleure expérience du lycée, et de loin ». Il y a apprécié l’ambiance et les responsabilités données aux plus jeunes. Typo lui a permis de grandir.

Agissons… stop à l’indifférence

Alors nous lançons un appel aux élus, aux responsables des institutions scolaires et étudiantes, aux particuliers afin que les lycéens motivés pour relancer la machine puissent être appuyés, aidés et soutenus.

Les membres de Debout Typo.

PS : le plateau de télévision (plus de 70 000 euros) est dans des cartons et sera hébergé dans ses cartons au collège St Do de Chalon. Merci à cet établissement qui a su répondre à cette situation difficile et accueilli ce réfugié média (NDLR)