Des vacances destination Maroc

Du centre-ville de Marrakech au souk d’Azrou, les touristes sont partout au Maroc. Beaucoup repartent satisfaits de ces vacances au soleil.

Famille européenne à MarrakechPlace Jemaâ el Fna - Marrakech - touristes louant les services d'un transporteur de valises pour se rendre dans leur riad de la MédinaMarrakech est l’une des villes les plus touristiques du Maroc, après Agadir. « La ville a 40 000 lits, ce n’est pas énorme ! En 2010, on compte sur 60 000 », indique Omar El Jazouli, actuel maire de Marrakech. La ville ocre a en effet de quoi attirer. « Il y a la mer à 150 km d’ici, la neige à 60 km, où on peut skier. On peut faire marche à pied, randonnée. Et Marrakech est au centre. »

M et mme Rondant de Toulouse, retraités : « On est venu pour le soleil, on en avait marre de la pluie »Mary et Cynthia, anglaises : " chaud, Sans que les rues ne soient noires de monde comme en Espagne ou en Grèce. "Mais ce ne sont pourtant pas pour les paysages que viennent en priorité les Européens. « On est venu pour le soleil, on en avait marre de la pluie », expliquent M. et Mme Rondant sur la place Jemaâ-el-Fna. Arrivé une semaine auparavant à Marrakech, ce couple de Toulousains à la retraite avait encore deux semaines pour profiter du soleil. « Il y fait chaud dès le mois d’avril, pensent Mary et Cynthia, deux amies anglaises tout juste revenues de l’aéroport. Sans que les rues ne soient noires de monde comme en Espagne ou en Grèce. »

Dans plusieurs cas, c’est aussi le porte-monnaie qui a incité les Européens à voyager. « Pour nous, c’était l’occasion d’être dépaysés sans trop se ruiner, indique M. Patinot accompagné de son épouse et leur jeune fils. Et puis, c’est un pays francophone. »

M et Mme Patinot : « Pour nous, c’était l’occasion d’être dépaysés sans trop se ruiner. Et puis, c’est un pays francophone. »Dès leur arrivée, de nombreux touristes ont tous eu de très bonnes premières impressions. « L’accueil est très chaleureux et le dépaysement est total », s’exclame Mme Anistat, professeur de lettres en Lorraine, alors qu’elle effectuait des achats au souk de la ville. « Les guides qu’on a eus étaient bien, quant au riad, il est magnifique », indiquent également M. et Mme Autillon, en balade sur la place Jemaâ-El-Fna avec leurs enfants.

Même loin du confort de la ville rouge

Plusieurs centaines de kilomètres plus loin, dans les montagnes du Moyen-Atlas, à Azrou, on retrouve encore plusieurs Européens dans un souk qui n’a pourtant rien de touristique, contrairement à celui de Marrakech. Jean Athé est venu se changer les idées loin de la métropole avec quelques amis retraités. « On reçoit un très bon accueil, pas si chiant qu’on le dit. On a bien quelques petits problèmes, mais on représente de l’argent pour des gens qui n’en ont pas, c’est de bonne guerre », affirme-t-il. Certains regrettent ainsi la vue des mendiants et de tous ces petits vendeurs prêts à tout contre un peu d’argent. « Il y a constamment des gens qui vous harcèlent pour quelques dirhams, mais il faut faire avec. Il faut gérer parce que sinon on se retrouve tout nu », plaisante M. Rondant.

Petits villages comme grandes villes semblent ainsi dans l’ensemble plaire à la majorité des nombreux touristes qui les visitent chaque année, avant de reprendre quelques jours plus tard l’avion en direction du travail et du froid.