Des livres pour les droits de l’homme

amnestyCe samedi 9 novembre, à la salle Marcel-Sembat, s’est déroulée la deuxième foire aux livres organisée par Amnesty International. Ce mouvement totalement indépendant et mondial œuvre pour le respect, la défense et la promotion des droits humains et fait ses preuves depuis 52 ans !

Amnesty Internationale défend depuis plus de 50 ans les victimes des violations des droits humains partout dans le monde. Elle a développé un moyen d’intervention rapide : l’action urgente. Pour garantir sa totale indépendance, Amnesty ne reçoit aucune subvention des États et c’est à l’occasion d’événements comme la vente de livres qu’elle peut obtenir des fonds. Les bénéfices récoltés au cours de cette vente de livres serviront à payer les cotisations nationales et à rémunérer les enquêteurs internationaux. Les organisateurs ont été très contents par l’affluence à la salle Marcel-Sembat, résultat d’une forte communication autour de cet événement.

Cette vente rappelle également que l’on peut s’engager aux côtés d’Amnesty qui compte environ 200 000 militants en France et 350 groupes locaux sans oublier les 2 millions de personnes qui défendent les droits de l’Homme à travers le monde.

Jacqueline Marlot, militante, membre depuis 8 ans d’Amnesty et ancienne adhérente de l’Unicef durant 12 années, déclare : « J’ai toujours défendu les personnes qui étaient pourchassées ». Elle a pris en charge un prisonnier Tchétchène, accusé de terrorisme et dont on n’a plus de nouvelles depuis près de 5 ans. Malgré la situation désespérée, Jacqueline n’est pas découragée, elle affirme : « On n’a pas le droit de l’être ». Au sein d’Amnesty, elle est membre de la commission Russie et au cours de la réunion mensuelle de l’antenne locale elle rend compte de la situation en Russie et s’informe des autres dossiers internationaux.

« Apprendre à regarder les autres »

Malgré des situations qui peuvent paraître frustrantes, Jacqueline confie : « Je n’ai pas l’impression de ne pas être entendu, car on obtient des résultats ». En effet, amnesty 2Amnesty Internationale a obtenu les libérations de Jigme Gyatso, un prisonnier d’opinion tibétain arrêté en Chine en 1996 et libéré le 30 mars 2013 ; mais aussi de Calixto Ramon Martinez Arias libéré le 9 avril 2013 après avoir été prisonnier d’opinion pendant 7 mois à Cuba.

Jacqueline affirme avoir pris un engagement personnel en adhérant à Amnesty Internationale. Elle confie : « Il faut apprendre à regarder les autres ». Elle est très indignée par les actes de tortures commis, surtout en Russie. Elle est également révoltée par les disparitions forcées de nombreuses personnes et scandalisée par la situation des femmes dans beaucoup de pays où elles sont agressées sexuellement, « En Égypte, plus de 80 % des femmes ont été agressées sexuellement » ajoute-t-elle. D’après Jacqueline, personne ne l’a influencé dans son engagement pour ces causes. Elle conclut : « Ce que nous faisons à Amnesty, ça ne s’apprend pas on l’a ou on ne l’a pas ».