P1340344

Contre les amalgames, les jeunes se mobilisent

Samedi 17 janvier, 15 h, le rendez-vous est fixé, buzzé sur Facebook, et la bannière prête. C’est un mouvement lycéen qui se déploie place de l’hôtel de ville de Chalon contre l’amalgame, l’islamophobie et le racisme. Une initiative qui va de soi pour les élèves du club solidarité du lycée Hilaire de Chardonnet organisateur de l’événement et déjà présent lors de la manif chalonnaise « Je suis Charlie ».


Pour ne pas oublier et pour parler

P1340350

C’est suite aux événements de Charlie hebdo et face aux inscriptions racistes retrouvées sur la boucherie Halal ainsi qu’à la profanation de la mosquée de Chalon-sur-Saône que le jeune club solidarité appelle au rassemblement. « C’est surtout pour ne pas oublier » me dit Irvin responsable du jeune ClubSo qui anime l’après-midi à l’aide de son micro « et pour délier les langues, car pour beaucoup il y avait un besoin de parler depuis longtemps » poursuit-il.

Irvin
Irvin

Malgré une information trop peu relayée par les médias, les jeunes du club sont satisfaits de l’intérêt des gens présent et surtout du nombre croissant de passants s’arrêtant. En finissant par former un groupe de 80 personnes à la mixité culturelle singulière, l’expérience est concluante. Beaucoup ont pu s’exprimer au micro pour partager leur émotion, et leur envie de s’investir dans un élan de solidarité.
P1340363Si concluante, qu’elle sera reconduite samedi 24 janvier prochain, place de l’hôtel de ville et peut-être créer un rendez-vous récurrent 1 à 2 fois par mois sous forme de groupe de dialogue ouvert à tous. Une Initiative admirable surtout venant de jeunes lycéens, tranche d’âge que l’on accuse souvent d’être exclue ou de s’exclure des débats.
Mais d’autres propositions ont émergé de l’événement comme une marche des mamans proposée par une parente d’élève.

Le jeune ClubSo

« C’est bien de voir des jeunes s’investir et organiser des choses » me dit Catherine, une des passantes qui s’est arrêtée. En effet Le Jeune ClubSo est une association qui a émergé depuis le club Solidarité du lycée Hilaire. Ces Jeunes qui s’investissaient déjà pour des causes en Afrique, ont voulu donner la chance à ceux qui le souhaitent de pouvoir participer et organiser des actions de solidarité pour des causes qui leur tiennent à cœur. Un mouvement unique et remarquable qui n’en est qu’à ses débuts. « C’est la preuve que les jeunes n’en ont pas rien à faire contrairement à ce que l’on peut penser » insiste Catherine. Mouvement d’une importance non négligeable, car il n’y a qu’un mouvement jeune qui peut mobiliser les jeunes, il est donc aussi important de soutenir les actions et les projets qui en découlent.