Archives de catégorie : Roumanie

La révolution roumaine

1989 : Ceausecu dirige encore d’une main de fer, avec la Securitate, sa police secrète politique,  la Roumanie qui est privée de liberté depuis 40 ans…17 Décembre 89, première révolte à Timisoara…. fortement réprimée. L’occident s’émeut du faux charnier de Timisoara…Bucarest se révolte. Le tyran s’enfuit en hélicoptère de sa capitale. Le 25 décembre, le génie des Carpates  est arrêté, jugé, condamné et fusillé avec sa femme Eléna dans un procès digne de sa propre justice… l’arroseur arrosé, le fusilleur fusillé…

Retour sur cette révolution ou sur ce coup d’état déguisé… avec des témoignages de ceux qui l’ont vécue

Continuer la lecture de La révolution roumaine

TireLire boîte à trésors de Calderon

En octobre 1991, deux ans après la Révolution, les élèves du lycée Jean-Louis Calderon se dotent d’un journal rédigé entièrement en français : TireLire. L’idée est née dans le cadre d’un atelier journalisme, lors d’un stage de pédagogie. Le journal, comme son nom l’indique, est le réceptacle du talent et de la créativité des jeunes Roumains. Continuer la lecture de TireLire boîte à trésors de Calderon

Regards…

Avant de partir, je ne savais pas grand chose de la Roumanie, ce petit pays de l’Est dont on confond souvent la capitale, Bucarest, avec Budapest. Je ne connaissais la Roumanie que par l’histoire de sa Révolution, une histoire qui avait su me toucher à travers les photos du journaliste français Jean Louis Calderon… Continuer la lecture de Regards…

Regards et sourires

Centre de placement

Lorsque nous sommes arrivés au centre de placement, notre visite n’était pas prévue. Pourtant l’accueil fut merveilleux. Les enfants, qui avaient entre trois et quinze ans, prenaient leur goûter. Notre attente ne fut pas longue car nous étions devenus, à ce moment même, un objet de curiosité avec nos caméras et nos appareils photos. Il n’était pas possible de filmer, en revanche les photos ont éveillé une curiosité et une envie de plaire inattendue. Les plus grands s’éclipsèrent le temps d’enfiler une jolie chemise, un pantalon à pinces pendant que les plus petits se jetaient goulûment sur un sac de bonbons apporté pour l’occasion.
Ce centre de placement d’urgence est un des nombreux lieux de pèlerinage des enfants livrés à eux-mêmes dans les rues ou en danger au sein de leur famille. Il est installé dans des locaux appartenant à l’Etat roumain et reçoit régulièrement des subventions de la part des pays occidentaux. Les enfants s’occupent avec les jouets provenant des dons en attendant de retrouver une vie et une scolarité normale. « Je me sens bien ici, je suis heureux qu’il existe un endroit pour que l’on ne reste pas dans la rue. », explique Marius Alin Loanca, un jeune garçon de quinze ans arrivé depuis peu de temps.
L’après-midi fut fort en émotion et en bisous avec ces enfants victimes de l’indifférence des adultes. Coupant rires et regards complices, la porte se referma derrière nous non sans mal, avec pour dernier au revoir des mains s’agitant au loin.