« À coup sûr ! »

a coup sur-la bobine (Copier) De nombreux éclats de rire dès le lancement  du film de Delphine de Vigan « À coup sûr » au cinéma Axel de Chalon-sur-Saône, jeudi 10 avril, à 20h. Une diffusion de l’association La Bobine en compagnie de la réalisatrice. Le film sortit le 15 janvier 2014, fait toujours autant rire et séduit encore de nombreux spectateurs, au total 150 personnes présentes !

Emma Dorian (Laurence Arné) a tout pour réussir dans la vie et le fait assez bien. Jeune femme volontaire, déterminée, confiante, elle doit cela à son éducation axée sur la performance. Tout laisse à croire qu’Emma est une femme heureuse et épanouie… mais seulement en apparence…

« Verticalement : parfaite ! Horizontalement : Peut mieux faire ! »

a-coup-sur 4 (Copier)On lui fait comprendre, à plusieurs reprises que son unique problème serait ses relations sexuelles… On l’a trouve « molle », « sans intérêts »… Sans se morfondre, ni désespérer, elle décide de devenir le meilleur coup de Paris ! Elle décide de reprendre en main sa vie sexuelle et met en place un plan d’action s’avérant catastrophique… En effet, elle oublie un détail crucial : l’amour ne se programme pas.

Delphine de Vigan, romancière et réalisatrice, a accepté sans hésité l’invitation de la Bobine. Venue discuter de ses œuvres littéraires à l’Espace des arts durant la manifestation littéraire dédiée aux auteurs, livres et lecteurs, c’est avec joie qu’elle s’est rendue par la suite au cinéma.

a coup sur 3 (Copier)Sa comédie « À coup sûr » est plutôt décalée par rapport à ses romans assez sombres. Elle explique : « Je ne me sentais pas capable d’aborder l’humour d’une manière si frontale dans un roman. C’est très facile de faire pleurer, mais c’est plus complexe et subjectif de faire rire. Je ne me sentais pas capable d’écrire un livre humoristique, mais un film, oui. C’est plus simple et on n’est pas seul, il y a les acteurs, les techniciens, c’est une aventure collective. Je leur dois beaucoup, ils me soutenaient, m’ont aidé par leurs expériences. Ce que je retiens avant tout c’est cette aventure humaine ».

Une première en tant que réalisatrice !

Se mettre dans la peau de la réalisatrice a été un véritable défi pour a coup sur 2 (Copier)l’écrivaine, elle confie : « J’avais imaginé le scénario avant d’envisager de le tourner moi-même. Je pensais confier ce travail à quelqu’un d’autre. Je ne trouvais pas de réalisateurs alors j’ai dit à mes producteurs que je le ferai. Ça me paraissait génial, j’avais réellement envie…mais à un moment donné, je me suis dit “qu’est-ce que fais ?!”. J’écrivais un livre en même temps, c’était dur de faire plusieurs choses à la fois, j’aurais voulu prendre mes jambes à mon coup et partir loin. Mais j’ai eu la chance d’être bien entouré … et je ne renonce jamais, ce n’est pas dans mon état d’esprit, alors j’ai continué ».

Loin des œuvres cinématographiques, la réalisatrice en a conscience et confie : « C’est un film d’écrivain, et je l’assume, pas seulement, car il n’y a pas d’ambition cinématographique, mais, car ça se ressent dans l’ambiance avec les dialogues, le langage, les clichés. Ce sont des choses que j’ai d’abord écrites. L’écriture a été très importante et ensuite quand je me suis appropriée l’idée que ça allait être moi la réalisatrice, des idées plus visuelles me sont apparues, qui n’étaient pas écrites dans le scénario »

« Un film délicieux, plein d’humour », une spectatrice

Le choix des acteurs était presque évident pour la réalisatrice. Elle a découvert Laurence Arné (Emma) dans le film « L’amour c’est mieux à deux » et a su, tout de suite que c’était elle « son Emma ». Pour elle, c’était une évidence, elle incarnait parfaitement l’image qu’elle s’était donnée d’Emma : maladroite, belle, fragile. Pour Valérie Bonneton (Béné Dorian), le choix était fait d’avance, elle a écrit le scénario pour elle. « En écrivant, je l’entendais le dire. J’ai juste eu peur qu’elle refuse de jouer le rôle » avoue-t-elle. Pour la réalisatrice, Tristan Fersen (Eric Elmosino) était avant tout un comédien de théâtre, ça lui a paru un peu fou de lui proposer le rôle, mais il a accepté avec plaisir. Quant à Didier Bezace (Paul), il a tout d’abord refusé le rôle. Delphine de Vigan confie : « Je l’ai harcelé et j’ai modifié le rôle pour lui. Au final il a accepté ! ».

Quant à l’idée de tourner un prochain film, elle répond : « Parfois je me dis que ce serait super de remettre ça et voir ce que je suis capable de faire et d’autres fois, non. Ce que je regretterais le plus, c’est de ne plus retravailler avec des comédiens, mais j’ai envie de continuer et apprendre à écrire pour le cinéma ».