RESF toujours au combat

François Portefaix est membre du Réseau Éducation Sans Frontières. Fort d’un engagement en faveur des élèves étrangers scolarisés  en France mais menacés, avec leurs parents, d’expulsion, le réseau tend à faire connaître ses valeurs et ses actions, luttant contre la xénophobie, pour un vivre ensemble plus humain et pour que ces jeunes filles et jeunes … Continuer la lecture de RESF toujours au combat

Di Stephano, jeune lycéen malgache veut rester en France

Scolarisé au lycée professionnel Julien de Balleure depuis 2007, année de son arrivée en France Di Stephano, 19 ans, est aujourd’hui menacé de reconduite à la frontière, RESF se mobilise contre cette injustice.

C’est l’histoire d’un jeune lycéen chalonnais comme les autres. Comme les autres, ou presque. Di Stephano, jeune Malgache de 19 ans, aujourd’hui en Terminale Maintenance Industrielle au lycée professionnel chalonnais Julien de Balleure est en sursis. C’est le jour de ses 18 ans que la Préfecture de Saône-et-Loire lui a présenter obligation de quitter le territoire français avant de l’envoyer le 11 août dernier en centre de rétention à Metz

TEP Moscou

Un magazine de 20 pages sur Moscou, son passé soviétique… Réalisé dans le cadre de l’année de la Russie en France avec Culturesfrance. Mission de 7 jours, fin mai 2010, avec 9 journalistes dont 8 néophytes, tous élèves du lycée Pontus de Tyard de Chalon. Organisation du séjour : Annette Lefebvre, professeur de russe au lycée Pontus.

Prix du magazine : 2 € – frais de port : 1 €

En cas d’achat en nombre (plus de 3), nous contacter (réduction des frais d’envoi, prix réduit….)

Voir le magazine

Achetez le magazine – Attention il s’agit d’une version photocopiée et non imprimée

Quand le silence fait du bruit

Depuis fin mai 2008 une étrange manifestation se déroule chaque mardi à 18 h 30 Place de Beaune à Chalon-sur-Saône. En s’approchant, le passant curieux découvre un cercle de silence tenu par Réseau Éducation Sans Frontière. R.E.S.F est un réseau de personnes qui luttent aux côtés de familles, d’enfants, et d’étudiants immigrés sans papiers vivant en France et qui demandent leur régularisation.

Octobre 2007

Vendredi soir, la maison Georges Brassens de Saint Rémy s’est animée sous la musique enjouée de Semtazone et de Timtamar. Mais, si ces deux groupes ont ravi la salle, c’était surtout pour une bonne cause : aider RESF 71 dans son combat en faveur des élèves sans papiers.

Un concert sans papiers

Vendredi soir, la maison Georges Brassens de Saint Rémy s’est animée sous la musique enjouée de Semtazone et de Timtamar. Mais, si ces deux groupes ont ravi la salle, c’était surtout pour une bonne cause : aider RESF 71 dans son combat en faveur des élèves sans papiers.